France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

En direct : la ville clé de Lyman partiellement encerclée par les forces ukrainiennes

Dans l'est de l'Ukraine, d'intenses combats se poursuivent autour de la ville stratégique de Lyman, contrôlée par les Russes mais partiellement encerclée par les troupes de Kiev. Après l'annexion de quatre régions ukrainiennes par la Russie, Washington a annoncé de nouvelles sanctions et l'envoi de nouvelles armes. Suivez heure par heure les derniers développements de la guerre en Ukraine.

Le président américain Joe Biden a affirmé vendredi que les Etats-Unis et leurs alliés ne se laisseraient pas "intimider" par le président russe Vladimir Poutine, promettant que l'OTAN défendrait "chaque centimètre" de son territoire.

"L'Amérique et ses alliés ne se laisseront pas intimider" et Vladimir Poutine "ne nous effrayera pas", a-t-il affirmé lors d'un discours à la Maison Blanche.

Le président russe et d'autres responsables du pays ont menacé à plusieurs reprises de faire usage de l'arme nucléaire pour défendre les nouveaux territoires ukrainiens incorporés.

Joe Biden a jugé qu'il s'agissait de "paroles et de menaces imprudentes", en qualifiant la cérémonie de vendredi de "numéro bidon" censé montrer sa force mais qui illustre au contraire, selon lui, le fait "qu'il est en difficulté".

Peu après la prise de parole du président, son conseiller pour la sécurité nationale Jake Sullivan a affirmé que le risque de recours à l'arme nucléaire par la Russie existait mais ne semblait pas "imminent".

Les États-Unis annonceront l'envoi "immédiat" de nouvelles armes pour l'Ukraine la semaine prochaine, a-t-il aussi indiqué.

Les États-Unis ont imposé vendredi de nouvelles sanctions à la Russie, visant des centaines d'individus et d'entreprises, en représailles à l'annexion par Moscou de quatre régions ukrainiennes.

Le Trésor américain a dit avoir sanctionné 14 personnes liées au complexe militaro-industriel, deux dirigeants de la banque centrale russe, des proches de hauts responsables ainsi que 278 élus du Parlement.

Les individus ou entreprises concernés ont interdiction d'utiliser leurs avoirs aux États-Unis et ne peuvent effectuer de transaction avec des ressortissants ou entités américains.

Parmi les personnes visées figurent notamment le vice-Premier ministre Alexandre Novak, 109 membres de la  Douma (chambre basse du Parlement), le Conseil de la Fédération (chambre haute) et 169 de ses membres, et la gouverneure de la Banque de Russie, Elvira Nabioullina.

Washington a également sanctionné des proches du vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération Dmitri Medvedev, ainsi que la présidente du Conseil de la Fédération, Valentina Matviyenko.

Le président Volodymyr Zelensky s'est félicité vendredi des "résultats significatifs" de la contre-offensive ukrainienne dans l'est du pays, au moment où la ville stratégique de Lyman, contrôlé par les Russes, est partiellement encerclée par les troupes de Kiev.

"Nous avons des résultats significatifs dans l'est du pays (...) Tout le monde a entendu ce qui se passe à Lyman, dans la région de Donetsk. Ce sont des étapes qui comptent beaucoup pour nous", s'est-il réjoui dans son allocution quotidienne publiée sur les réseaux sociaux.

Un peu plus tôt, un haut responsable séparatiste prorusse, Denis Pouchiline, avait reconnu "une situation difficile" à Lyman. "Les gars tiennent à bout de force", a-t-il affirmé à un média local cité par les agences russes, en marge d'un rassemblement dans le centre-ville de Moscou célébrant l'annexion de quatre régions ukrainiennes par la Russie. "Presque toutes les routes logistiques (autour de Lyman) sont sous contrôle" de Kiev, a affirmé de son côté l'armée ukrainienne dans un communiqué.

La Banque mondiale (BM) a annoncé vendredi accorder 530 millions de dollars supplémentaires de soutien à l'Ukraine afin de lui permettre de "faire face aux besoins urgents engendrés par l'invasion russe".

 Ce soutien, qui prend la forme d'un nouveau prêt via la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), est garanti par le Royaume-Uni à hauteur de 500 millions de dollars et par le Danemark pour 30 millions, a précisé l'institution dans son communiqué

Avec AFP et Reuters