C’est fini, vous ne verrez plus de publicités pour des « thérapies de conversion » sur Facebook et Instagram. La maison mère des deux réseaux sociaux a annoncé vendredi qu’elle ne ferait plus la promotion de ces prétendues thérapies sans fondement scientifique qui disent pouvoir changer l’orientation sexuelle d’une personne.

Les règlements de Facebook et Instagram – qui font partie du même groupe – ont été mis à jour pour annoncer la suppression des contenus faisant la promotion de ces « thérapies de conversion », dangereuses pour la santé mentale des personnes qui les subissent. « Nous n’autorisons pas les attaques contre les gens en fonction de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre », a indiqué un porte-parole du géant californien à l’AFP.

Un « danger pour les personnes LGBTQ »

Selon la respectée American Medical Association (AMA), ces interventions « de conversion » incluent des électrochocs ou de la privation de nourriture. « Il est clair pour nous à l’AMA que les thérapies de conversion doivent cesser aux Etats-Unis étant donné le danger pour les personnes LGBTQ », avait plaidé l’année dernière un responsable de cette association, le docteur William Kobler.

En 2013, l’Association médicale mondiale a condamné ces « thérapies » comme étant des violations des droits humains, les jugeant incompatibles avec l’éthique de l’action médicale. Un expert de l’ONU a réclamé mercredi leur interdiction mondiale.