France

Foot - ALL - Coupe - Les tops-flops de Bayern Munich - Bayer Leverkusen : Lewandowski se distingue, Hradecky se troue

Les tops

Robert Lewandowski (Bayern)

Les défenseurs de Leverkusen l'ont souvent serré de près, ce qui a réduit son influence, mais il a quand même planté un doublé. Sur le premier but, il peut remercier chaleureusement Hradecky, le gardien adverse, quasiment auteur d'un but contre son camp. Sur le second, il doit beaucoup à la passe en retrait de Perisic. Mais cela fait 51 buts pour lui cette saison avec le Bayern.

David Alaba (Bayern)

À un an de la fin de son contrat, sa prolongation est l'un des sujets chauds du moment au Bayern. Sa prestation face à Leverkusen a montré pourquoi : installé en charnière, l'Autrichien est une pièce maîtresse de la défense munichoise. Sûr dans son placement, il a également débloqué la partie d'un coup franc admirable du pied gauche (16e).

Serge Gnabry (Bayern)

L'attaquant allemand n'a pas joué une phase retour phénoménale mais il a terminé la saison sur une bonne note en se montrant décisif pour inscrire le but du KO en faveur du Bayern (24e). Son tir croisé du droit qui a fini dans le petit filet, après une passe en profondeur de Kimmich, a montré à quel point le réalisme était son point fort.

Joshua Kimmich (Bayern)

En numéro 6, il garantit une stabilité à toute épreuve au Bayern. Infatigable dans son travail de pressing, il sait aussi monter quand le jeu l'exige et c'est lui qui a mis Gnabry sur la voie du but pour le 2-0. Même une grosse semelle de Wendell sur sa cheville gauche, en début de match, n'a pas réussi à le mettre hors-circuit.

Les flops

Lukas Hradecky (Leverkusen)

Face à la puissance offensive munichoise, le gardien se doutait qu'il allait passer une soirée difficile et il a effectivement souffert en première période en encaissant deux buts. Mais il ne peut pas grand-chose sur le coup franc d'Alaba et Gnabry a ensuite placé le ballon parfaitement sur sa droite. Il a en revanche commis une erreur colossale, avec quasiment un but contre son camp devant Lewandowski (59e).

Kai Havertz (Leverkusen)

Il y a trois semaines, le prodige avait manqué l'affiche face au Bayern (2-4) sur blessure alors il était très attendu pour cette finale. Titularisé en pointe, où il a brillé depuis la reprise post-coronavirus, Havertz est resté invisible en première période, sans déclencher le moindre tir. Il a reculé après la pause et offert plus de solutions, mais il est resté très loin de son potentiel, malgré son but sur penalty.

Moussa Diaby (Leverkusen)

Sur l'allant et la percussion, il ne mérite pas de figurer parmi les flops, tant ses accélérations furent impressionnantes. Mais Leverkusen avait besoin de précision dans les derniers mètres et l'ailier français n'a pas réussi à réaliser le bon geste à l'approche de la surface. Ses centres ont manqué de justesse et Volland n'a pu en profiter en pointe.

Kingsley Coman (Bayern)

Alors que le Bayern s'est baladé en première période, son apport au jeu est resté beaucoup trop faible. Sur le côté gauche, il n'a pas réussi de différence et il lui faudra en faire plus la saison prochaine avec la concurrence de Leroy Sané, tout juste recruté de Manchester City. À la 63e minute, le Français a cédé sa place à Ivan Perisic, auteur d'une passe décisive pour Lewandowski (89e).

publié le 4 juillet 2020 à 22h59

Football news:

Thomas Tuchel: Si les deux jambes étaient intactes, vous pouviez voir mon Sprint de 40 mètres
Le PSG a sauvé le chouchou de Tuchel: Shupo-moting s'est offert tout le monde gratuitement, a réussi à ne pas marquer du centimètre et a maintenant traîné Paris en demi-finale de Ligue des Champions
Gian Piero Gasperini: ce qui est Offensant, c'est que nous étions si proches. Je ne peux que remercier les gars
Neymar est devenu le joueur du match Atalanta-PSG. Il a donné une passe de but
↑ Le PSG a souffert tout le quart de finale et l'a renversé en 149 secondes. Ils ont levé la malédiction italienne et sont allés jusqu'à la Ligue des Champions pour la première fois en 25 ans
😫 🔜 😅 La douleur du PSG s'est transformée en bonheur: en trois minutes, les Stars de la souffrance se sont transformées en rois de la fête
Le Club Italien ne remportera pas la Ligue des Champions pour la 10e année consécutive. C'est un antirecord