France

Foot - C1 - Real-City - Real Madrid - Manchester City : le match dans le match entre Ferland et Benjamin Mendy

Ferland Mendy (à gauche) et Benjamin Mendy, mercredi, à Santiago-Bernabeu. (B. Crémel et J. Medina/L'Equipe)

Ferland Mendy (Real Madrid) et Benjamin Mendy (Manchester City), les deux latéraux français, étaient opposés ce mercredi au stade Santiago-Bernabeu en huitièmes de finale aller de la Ligue des champions. L'occasion parfaite de comparer deux joueurs qui postulent pour l'Euro 2020.

A. D. 27 février 2020 à 00h07

À quelques mois de l'Euro, qui se déroulera dans 12 pays du 12 juin au 12 juillet, la lutte s'annonce féroce entre les prétendants au poste de latéral gauche. Si Lucas Hernandez, qui reprend tranquillement la compétition avec le Bayern après sa rupture partielle du ligament interne de la cheville droite, est parti pour être le numéro un en équipe de France, plusieurs joueurs sont en concurrence pour être sa doublure, comme Lucas Digne (Everton). Ce mercredi, au stade Santiago-Bernabeu, deux de ces prétendants étaient opposés : les deux Mendy, le Madrilène Ferland et le Mancunien Benjamin. L'occasion était belle pour les comparer.

Si le premier a effacé Marcelo depuis novembre pour devenir indiscutable aux yeux de Zinédine Zidane, l'ancien Monégasque était préféré à Oleksandr Zinchenko, avec lequel il alterne au gré de ses blessures. Benjamin Mendy (25 ans, 19 sélections) s'est mis en valeur le premier, avec une belle remontée de balle, plein axe, avant de s'emballer les pinceaux et de donner le ballon à Raphaël Varane (20e). Une de ses nombreuses passes ratées (89,2 % de passes réussies sur l'ensemble du match). Il a ensuite annihilé une action en ratant un contrôle aux abords de la surface du Real Madrid (27e). Puis s'est pris un carton jaune, logique, pour avoir séché Modric (29e). C'était déjà sa quatrième faute. Un avertissement qui le prive du retour dans trois semaines, le 17 mars à Manchester. Ferland Mendy, lui, n'en a commis aucune pendant toute la rencontre.

L'ancien Lyonnais (24 ans, 4 sélections) s'est mis en action à la demi-heure de jeu. Il a délivré une merveille de centre sur la tête de Karim Benzema (30e). Ederson s'est bien couché pour sortir la tentative de l'attaquant français. Au total, il réussira quatre centres sur six tentés (66,7 %). Un autre terminera sur la tête d'Isco (57e), qui butera lui aussi sur Ederson. Il s'est d'ailleurs montré d'une précision redoutable en première période, réussissant 100 % de ses passes (96,2 % sur l'ensemble du match). Benjamin Mendy ? Zéro sur deux. Il a notamment centré directement sur Raphaël Varane alors qu'il n'avait aucun coéquipier dans la surface (89e).

100

Ferland Mendy a réussi 100 % de ses 30 passes en première période.

L'impression visuelle était assez saisissante, entre un Ferland Mendy qui semblait aérien et un Benjamin Mendy un peu plus pataud. Le retour décisif du Madrilène dans les pieds de Walker, parti lancé dans son dos, l'explique certainement (52e). Mais il n'a pas été impérial défensivement. Il s'est notamment fait déborder par Riyad Mahrez (56e), dont la frappe a été détournée par Thibaut Courtois. Benjamin Mendy a aussi semblé perdu en défense par moments, comme ce fut le cas à la 71e minute lorsqu'il ne savait pas s'il devait défendre sur Isco ou Ramos et s'est finalement retrouvé entre les deux joueurs, spectateur de l'action. Leurs statistiques défensives sont équivalentes sur l'ensemble du match.

Ferland Mendy s'est démarqué par son apport offensif. Outre ses centres, il a délivré trois dernières passes avant un tir (aucun pour le Mancunien). Il a également tenté un tir en toute fin de match, alors que le Real Madrid était mené (90e+2). À la réception d'un centre de Lucas Vazquez, il a essayé une reprise du gauche mais a complètement raté son coup : le ballon a frappé son tibia avant de fuir le cadre. Il a touché le dernier ballon de la rencontre quelques secondes plus tard, aux abords de la surface mancunienne, mais sa passe, du pied droit, a terminé en sortie de but.

Verdict : avantage Ferland

Si Manchester City est sorti victorieux de cet affrontement, le duel des latéraux a tourné à l'avantage du Madrilène. Étant donné que les deux joueurs ont présenté la même copie en défense, Ferland Mendy s'est différencié par son apport offensif : il a accompagné les attaques pendant tout le match pour proposer des solutions et a dégagé énormément de sérénité quand il avait le ballon dans les pieds. Benjamin Mendy, lui, s'est montré plus brouillon pour cette fois.

publié le 27 février 2020 à 00h07