France

Foot - L1 - L'heure est à la remise en question pour Reims, défait face à Metz samedi

Les Messins n'en attendaient pas tant. Au bout de trois minutes de jeu, ils avaient réussi à ouvrir le score, par l'inévitable Habib Diallo de la tête, et ils ont pu ainsi très vite mettre en place leur plan de jeu. Attendre les Rémois, fermer les couloirs et contrer dès que possible. Une entame de match suicidaire des Champenois qui allaient passer leur temps dans le camp adverse sans jamais trouver la faille. « Ce scénario de début de rencontre nous met dans la difficulté, analysait l'entraîneur rémois David Guion. On a ainsi permis à Metz de s'installer dans son schéma. » Même constat chez le défenseur central, Yunis Abdelhamid : « On se tire une balle dans le pied avec ce but concédé si vite. Ensuite, Metz a mis les barricades et on sait que dans cette situation, face à un bloc bas, on n'est pas les plus forts. »

Il restait pourtant quasiment un match entier à jouer mais les Rémois n'étaient pas du tout en capacité de répondre au défi imposé par leur adversaire. Surtout vu l'incroyable déchet technique, certes sur une pelouse très médiocre, où l'on a souvent vu des passes dans le vide ou dans le mauvais tempo : « On avait encore 88 minutes pour réagir mais vu nos erreurs techniques. J'ai eu le sentiment que l'on pouvait jouer toute la nuit sans trouver l'ouverture » pestait Guion.

Non seulement les Rémois se sont souvent emmêlé les pinceaux dans les derniers gestes, mais ils ont rarement inquiété le gardien lorrain Alexandre Oukidja, enchaînant un septième match d'affilée, toutes compétitions confondues, sans victoire. Et le plus inquiétant, avec seulement trois buts inscrits. Déjà largement évoquées par le staff rémois, les solutions offensives ne sont pas légion aujourd'hui, dans un groupe qui était en plus privé de Rémi Oudin, parti à Bordeaux, de Mathieu Cafaro et de Boulaye Dia, tous deux forfaits. « Je l'ai dit et répété. On a besoin d'un attaquant-buteur de haut niveau. Quand on autant d'absents, notre marge de manoeuvre est faible parce que le niveau de l'effectif est ce qu'il est, enchaînait Guion. C'était moins visible avant parce qu'on ne se pénalisait d'entrée comme ce soir (samedi) ».

David Guion : « Il faut élever son niveau de jeu »

L'ensemble face à Metz fut de toute façon trop brouillon avec un Tristan Dingomé, censé animer le jeu, en manque de confiance et Reims n'aura eu que deux occasions, sur des frappes de Doumbia (30e) et Hassane Kamara (65e). Ce samedi, l'entraîneur rémois a avoué se questionner sur certains joueurs : « Certains doivent retrouver rapidement le niveau qui était le leur la saison dernière. On savait ce que Metz allait nous proposer et dans ce genre de situation, face à un bloc bas, il y a des intentions à avoir, de sacrifice devant le but que je n'ai pas vu. À un moment donné, il faut élever son niveau de jeu, être plus fort dans les intentions, proposer davantage. »

David Guion, le coach rémois. (J. Prévost/L'Équipe)

Dans ces constats, on pense tout de suite à Anastasios Donis, l'attaquant grec, passé par Nice (2015-2016), prêté cette saison par Stuttgart (D2, ALL) mais avec une option d'achat automatique en juin. Et à ce jour, c'est un échec. « Il est arrivé tard, puis s'est blessé. Il est en perte de confiance et peine à retrouver son niveau. C'est pour l'instant insuffisant mais il en est lui-même conscient » disait Guion.

Les Rémois, émoussés physiquement, paient à coup sûr un mois de janvier où ils ont dû jouer sur trois tableaux (Ligue et les deux Coupes). Si les lacunes interpellent, pas question de parler de crise, pour autant, mais il va falloir crever l'abcès : « On est en manque de points, de buts, de victoires. Nous les joueurs, on se doit de réagir surtout devant des équipes qui nous attendent. On doit se remettre en question, clamait Abdelhamid. On va se parler la semaine prochaine pour évacuer cette défaite et vite relever la tête à Angers samedi prochain. »

publié le 26 janvier 2020 à 00h17