France

Football : victorieuses de l’Autriche (3-0), les Bleues se qualifient pour l’Euro

L’équipe de France féminine a su dépasser les tensions internes pour décrocher, vendredi à Guingamp, son billet pour le prochain tournoi européen qui se déroulera en Angleterre à l’été 2022.

Par Anthony Hernandez

Temps de Lecture 4 min.

Passe de sept pour les Bleues. Les Tricolores disputeront, en 2022, leur septième championnat d’Europe d’affilée depuis leur première participation en 1997. Sous pression à cause des relations conflictuelles entre certaines de ses meilleures joueuses et sa sélectionneuse Corinne Diacre, l’équipe de France féminine a battu l’Autriche (3-0), vendredi 27 novembre, pour assurer définitivement la première place du groupe G. La dernière rencontre, mardi, face au Kazakhstan n’y pourra rien changer.

Invaincues lors des éliminatoires de l’Euro depuis le 16 juin 2007, soit une série en cours de 28 rencontres, les Bleues n’ont pas encaissé le moindre but lors de cette campagne. Au stade du Roudourou de Guingamp, sous les yeux de Noël Le Graët, – le président de la Fédération française de football et ancien maire de la ville –, les Tricolores ne se sont pas seulement contentées d’atteindre leur objectif de qualification, elles ont également produit une belle performance sportive.

Plutôt rassurant dans un contexte trouble. Au coup de sifflet final, la sélectionneuse affichait son soulagement : « On va déjà savourer ce soir. ça y est. On est à l’Euro 2022. Je suis satisfaite car la prestation collective a été quasi parfaite. »

En début de semaine, les Bleues, légèrement agacées, avaient répondu aux questions de la presse dans un discours résumable à : « L’ambiance est très bonne, parlez-nous de football. » Comme trois de ses joueuses l’avaient confié au Monde – notamment deux des titulaires, la milieu de terrain Charlotte Bilbault et la gardienne Pauline Peyraud-Magnin – la réunion à Clairefontaine, entre les internationales et sans le staff, a permis de recentrer tout le monde vers l’objectif prioritaire.

Cela s’est confirmé dès le coup d’envoi. Tenues en échec par l’Autriche il y a un mois (0-0), les Bleues ont tout de suite fait comprendre à leurs adversaires que la soirée bretonne ne serait pas de tout repos.

L’Autriche étouffée

Malgré les absences de plusieurs joueuses, dont la meilleure buteuse de l’histoire Eugénie Le Sommer, les coéquipières d’Amandine Henry – non seulement titulaire et bien porteuse de son brassard de capitaine malgré ses critiques récentes envers Corinne Diacre – ont étouffé les Autrichiennes grâce à une récupération haute et rapide du ballon.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi

Beaucoup plus juste techniquement qu’au match aller, les Françaises ont pu s’appuyer sur l’un de leurs fondamentaux : le jeu de tête de Wendie Renard. Sur un corner d’Amel Majri, la défenseuse lyonnaise coupait la trajectoire devant la gardienne Manuela Zinsberger pour ouvrir le score (11e, 1-0). Habituée à marquer malgré son poste, l’ex-capitaine inscrivait son premier but depuis le quart de finale du Mondial 2019 perdu contre les Etats-Unis (28 juin 2019, 2-1).

Associée à la jeune Montpelliéraine Elisa De Almeida en défense, en l’absence d’Aïssatou Tounkara, positive au Covid-19 et de Griedge Mbock, une nouvelle fois opérée au genou jeudi, Renard est passée tout près du doublé à l’heure de jeu. Sans un arrêt à la Gordon Banks – gardien anglais héroïque du Mondial 1966 – de Zinsberger, la Martiniquaise aurait inscrit son 26e but en sélection.

Sous le regard perçant de Corinne Diacre, solide dans la tempête, l’équipe de France n’a laissé aucun répit à l’Autriche, qui restait sur deux matchs nuls contre les Bleues. D’autant que lorsque l’on a décidé de se contenter d’attendre dans sa moitié de terrain et d’espérer un contre chanceux pour marquer – à l’image du plan de jeu proposé par les joueuses d’Irene Fuhrmann – encaisser un but dans le premier quart d’heure n’est pas la meilleure des choses.

Henry et Diacre se saluent

Frileuse et incapable d’apporter le moindre danger dans le camp français, l’Autriche cédait une deuxième fois avant la demi-heure de jeu. La Lyonnaise Delphine Cascarino centrait pour la tête décroisée et victorieuse de la Parisienne Marie-Antoinette Katoto (27e, 2-0), déjà buteuse il y a une semaine lors de la victoire du PSG contre l’OL en Division 1. Debout devant son banc de touche, comme à son habitude, la sélectionneuse pouvait se détendre et afficher un grand sourire.

Quelques minutes plus tard, très inspirée sur son côté gauche, Sakina Karchaoui transperçait facilement la défense autrichienne et délivrait un merveilleux ballon pour Katoto. Mais le tir de la Parisienne échouait sur le poteau (50e). Partie remise pour la buteuse, qui allait réussir un doublé à la 73e minute de jeu en reprenant à bout portant au deuxième poteau un corner venu de la droite (3-0).

Lire aussi

Signe encourageant, la sortie d’Amandine Henry à l’heure de jeu – forcément scrutée – s’est bien déroulée. Irréprochables, Diacre et sa capitaine se sont brièvement saluées. « On va prendre le temps de discuter entre nous, puisque ça a été demandé. On va passer une bonne nuit et l’on décidera si l’on discute d’ici la fin du stage ou pas. Mais ce moment-là, c’est moi qui le déciderai », a asséné la sélectionneuse.

Dans la victoire, il est toujours plus aisé de discuter. Surtout que l’équipe de France devra attendre plus d’un an et demi avant de disputer l’Euro 2022. Plus qu’il ne faut pour espérer régler les conflits.

Contribuer

Services

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Football news:

Willian José a déménagé à Wolverhampton de la Sociedad sur un bail avec un droit de rachat
Perez demande le retour de Hakimi au Real Madrid si l'inter ne donne pas de garanties sur le paiement du transfert
Lampard de Havertz: de Bruyne et Salah avaient le même âge quand ils sont venus à Chelsea. Ils sont partis, sont revenus et sont devenus des légendes de l'APL
Ronald Araujo: Barcelone va se battre pour gagner La Liga. Nous savons que les résultats viendront
Klopp sur les transferts: le défenseur Central ne nous aurait pas gagné le match contre Burnley. Je ne pleurerai pas comme un homme de 5 ans si je n'obtiens pas ce que je veux
Barcelone pourrait vendre Dembélé cet été s'il ne prolonge pas son contrat. Manchester United, le Bayern, la Juve et Chelsea surveillent la situation
Kylian Mbappé: Je ne signerai pas de contrat avec le PSG pour dire dans un an que je veux partir. Si je le fais, je resterai