France

France Messagerie succède à Presstalis pour la distribution de la presse

Presstalis, les anciennes Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP), n’existe plus. Une nouvelle structure, France Messagerie, qui ne conserve que 269 des 917 salariés, a repris ses activités de distribution de la presse. À l’issue d’un marathon de plusieurs mois mené par des éditeurs de la filière et des services de l’État pour sauver du naufrage la première messagerie de presse – et la seule à distribuer les quotidiens nationaux –, le tribunal de commerce de Paris a tranché le 1er juillet 2020 et accepté l’offre unique de reprise, déposée par la Coopérative des quotidiens.

→ À LIRE. Le tribunal de commerce valide le plan de reprise de Presstalis, qui devient France Messagerie

Plusieurs magazines distribués par Presstalis n’ont pas souhaité participer à ce nouveau plan de sauvetage, préférant partir chez le concurrent, les Messageries lyonnaises de presse. La Coopérative des quotidiens, qui détenait jusque-là 25 % des parts de Presstalis, a donc déposé, seule, une offre de reprise mi-mai après la déclaration de faillite de l’entreprise, avec le soutien de quelques groupes de presse (dont Bayard). Ceci pour conserver un système de distribution de la presse quotidienne.

Un plan de restructuration à 127 millions d’euros

Cette offre comportait la liquidation des dépôts régionaux, 645 suppressions de postes et un plan de restructuration de 127 millions d’euros, financé au final à 80 millions par l’État (dont 12 sous forme de prêt) et 47 millions par les éditeurs.

→ EXPLICATION. La presse écrite aux quatre vents

« La priorité de France Messagerie est désormais de construire des relations de confiance, transparentes et durables, avec l’ensemble des acteurs de la filière », souligne dans un communiqué Louis Dreyfus, président de la Coopérative des quotidiens, de France Messagerie et du directoire du Groupe Le Monde.

La filière affectée par une double crise

Un message d’apaisement et une main tendue, alors que toute la filière sort exsangue de cette double crise liée au Covid-19 et à Presstalis. C’est tout particulièrement le cas des marchands de journaux du sud-est de la France, qui n’ont plus reçu de titres de presse pendant plusieurs semaines. C’est aussi celui des petits éditeurs qui ont quitté Presstalis cette année, mais devront continuer à verser 2,25 % du montant de leurs ventes à leur ancien distributeur. Le gouvernement a prévu d’accorder des aides exceptionnelles à ces diffuseurs et éditeurs indépendants.

Travailler avec les MLP

France Messagerie, dirigée par Cédric Dugardin, l’ancien président de Presstalis, avec à son conseil d’administration des représentants de la presse quotidienne et de la presse magazine, souhaite aussi travailler « de concert avec les Messageries lyonnaises de Presse pour trouver ensemble des réponses aux défis économiques et logistiques auxquels les deux messageries seront nécessairement confrontées au cours des prochaines années », indique encore le communiqué.

Football news:

Parejo et Coquelin ont quitté Valence pour Villarreal
Koke: la Victoire contre Liverpool nous a bien affectés. Il n'est pas facile de battre deux fois le champion d'Europe et le sous-marin
Giovane Elber: Lewandowski vaut mieux que Messi maintenant. Lionel est un génie, mais Robert est hors de portée cette année
À Minsk, le chef de la Tribune biélorusse a été arrêté. Max, toi et moi
Karl-Heinz Rummenigge: la FIFA pense sérieusement à la remise du ballon d'Or. Je veux que Lewandowski gagne
Un joueur du Barça parmi ceux qui débutent la pré-saison a contracté un coronavirus
Malinowski s'est imposé en Italie: après avoir marqué la Lazio et la Juve, il a devancé Mertens, Higuain et de Ligt au classement des meilleurs joueurs de Serie A