France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Gironde : après le meurtre de leurs parents, deux sœurs en appellent aux dons pour embaucher un détective privé

Quatre ans après le double meurtre de Sylviane et Jean-Claude Muller à Izon, l’enquête patine. Leurs filles ont lancé une cagnotte en ligne pour les aider à faire avancer les recherches.

Le Figaro Bordeaux

Un ADN masculin avait été prélevé sur la scène du crime, mais il n’a jamais trouvé de correspondance avec les données policières. Quatre ans après le double meurtre de leurs parents et le viol de leur mère dans la nuit du 14 au 15 décembre 2019 à leur domicile d’Izon (Gironde), l’enquête patine. Aucun des suspects auditionnés n’a été mis en examen. Les filles de Sylviane et Jean-Claude Muller ont donc décidé de lancer une cagnotte en ligne pour financer les services d’un détective privé. «Des réponses ne ramèneront pas nos parents, mais elles nous permettront de faire notre deuil et de nous libérer l'esprit. Avec ma grande sœur, on se demande tous les jours : pourquoi ? Cela engendre mille et une questions et cela nous fait douter, parfois même de notre entourage», confie Margaux Muller au Figaro pour expliquer leur démarche.

«Depuis le début, on n'a pas de piste sérieuse», abonde l’un de leurs avocats, Maître Arnaud Dupin. «Ce n'est pas une défiance vis-à-vis des enquêteurs, mais face à un certain aveu d'impuissance de la justice, on est obligé d'envisager toutes les perspectives... Un crime odieux ne peut pas rester impuni.» Le lendemain du crime, Margaux Muller, alors étudiante, avait retrouvé ses parents morts alors qu'elle venait simplement faire une machine à laver. Dénudés, frappés de plusieurs coups de couteau, leurs corps avaient été déplacés après leur mort et «mis en scène» dans la chambre conjugale, témoigne la jeune femme, désormais âgée de 27 ans.

Zone d’ombre

Pour espérer trouver un indice qui aurait pu échapper aux enquêteurs, les sœurs Muller ont besoin de 15.000 euros. Une somme qu’elles ne peuvent pas débourser seules. «Je m’assume toute seule, il n’y a plus personne qui m’aide», souligne l’orpheline pour justifier leur appel à l’aide. Cette idée d’en appeler à la solidarité lui a été suggérée dans les commentaires des articles relatant leur drame. Ouverte depuis juin, la cagnotte affiche plus de 300 participants, qui ont déjà permis aux deux sœurs de récolter près de 5000 euros.

Si les dons dépassaient l’objectif fixé, les jeunes femmes aimeraient financer le nettoyage de la scène de crime. Placé sous scellé jusqu’à ce qu’il soit souillé par un cambriolage en décembre 2021, le domicile familial est dans un piteux état. Les traces de sang n’ont pas été nettoyées, car cela nécessite l’intervention d’une société privée, qui facture 2000 euros : une somme que les sœurs Muller n’ont pas pu dépenser pour l’instant. Confiée à un juge d’instruction, l’enquête judiciaire se poursuit en parallèle.