Une perquisition par la police a été menée ce lundi matin, à la mosquée de Pessac, dans la banlieue de Bordeaux. Celle-ci est gérée par le Rassemblement des musulmans de Pessac, qui aurait fait l’objet ces derniers temps de signalements, en raison de prêches proches des mouvements intégristes.

Cette « visite domiciliaire », d'instigation administrative et non judiciaire, visait à la fois la mosquée gérée par le Rassemblement des musulmans de Pessac et le domicile du président de cette association, Abdourahmane Ridouane, a indiqué ce dernier dans un post Facebook. « Cela s’inscrit dans le cadre des objectifs nationaux de demande de renseignement », a-t-on déclaré à la préfecture de Gironde.

Le Premier ministre Jean Castex avait expliqué vendredi que des contrôles étaient effectués auprès de responsables d'associations soupçonnés d'appartenir à la mouvance islamiste, après l'assassinat du professeur Samuel Paty. « 123 visites domiciliaires ont été décidées et 56 ont d'ores et déjà été réalisées », avait alors déclaré le Premier ministre.