France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Girondins Bordeaux : Le club a privé les créanciers d'entente avant de faire appel à la DNCG

Girondins deBordeauxn'a pas encore été sauvé de la mer. Mais ce vendredi, avec J-4, qui a comparu devant la commission d'appel de la DNCGde la FFF,ils ont fait un premier pas décisif vers la survie. Selon les informations de 20 Minutes, propriétaire et président du club Gérard Lopez a trouvé un nouvel accord avec son créancier, le fonds d'investissement américainforteresse. Et King Street, à propos du business plan de la Ligue 2. Par prudence, la première version de ce plan a été contestée par un officier de police financière du football français le 14 juin. }

Grâce à ce nouvel accord, les hommes d'affaires d'Hispano-Suizaburg pourront revenir officiellement en Ligue 2 mardi prochain après le mandat du sport il y a quelques semaines. Je souhaite obtenir le feu vert de. Une chose est sûre : étant donné que Gérard Lopez discute avec enthousiasme depuis trois semaines avec les prêteurs, il n'y a rien de mieux que ce "deal". C'est sa dernière cartouche. "C'était un vrai bras de fer, parfois même de la torture, mais l'accord est là et il répond à toutes les exigences de la DNCG pour nous", avoue-t-il.

Transfert d'une partie de la dette validée et vérifiée par le commissaire aux comptes

Gerard Lopez et Malik Soobin, le vice-président de la forteresse chargé des dossiers côté américain, terminent par un high five Je l'ai fait ce vendredi après-midi. Ils n'avaient vraiment pas le choix s'ils ne voulaient pas être tenus responsables de l'effondrement de l'un des plus grands clubs du football français la semaine prochaine. Ainsi, la DNCG va réduire le taux d'endettement du club, identifier les destinations des transferts incitatifs d'Aurélien Tchoemeni et de Jules Koundé, et enfin fournir une garantie pour couvrir les ventes futures des transferts de l'été. Une fenêtre (22 millions d'euros) qui devrait pouvoir combler en partie le trou de 40 millions d'euros dans le coffre du club.

Girondins Bordeaux : C'est quoi la DNCG qui demande au club de rester en Ligue 2 via https://t.co/3EoIQAGo8F@ 20minutesBord

— 20minutesbordeaux (@ 20minutesbord)15 juin 2022


Premier point Il fallait donc, entre d'autres choses, pour clarifier les choses et se conformer aux autorités. Le club a certes annoncé la moitié de sa dette financière (de 52 M€ à 26,5 M€) ces dernières semaines, grâce au transfert d'une partie de la propriété à l'une des sociétés de Gérard Lopez et ses affiliés... Cette opération, contrairement au 14 juin de l'an dernier, est actuellement en vigueur et a été validée par le commissaire aux comptes. Il en est de même pour les 10 M€ que les hommes d'affaires retournent dans leurs poches pour sauver le club durant cette intersaison.

Fortress accepte d'ouvrir une nouvelle facilité de prêt de 14 millions d'euros

Au deuxième point, la forteresse et King Street confirmeront bientôt la position de départ. J'ai accepté. Dans un premier temps, le transfert d'Aurélien Tchoemeni de Monaco au Real Madrid (8 à 11 millions pour les Girondins) et l'éventuelle participation aux bénéfices de Jules Koundé cet été ont passé la "transaction". Selon eux, l'argent leur a été envoyé directement. Avec Gérard Lopez lors de l'acquisition girondine il y a un an. Or, le 14 juin, la DNCG a purement et simplement rejeté un tel accord.

Cet argent aidera les autorités à combler le trou de 40 millions d'euros tout en réduisant les ventes totales du joueur à atteindre cet été. Doit être prioritaire en (22 millions à 14 millions d'euros). Les deux fonds ont décidé de répondre "oui" à cette injonction. Pour faire simple, si les ventes de cet été dépassent les 14 millions d'euros, le produit de ces ventes sera partagé entre le club et les créanciers pour ajuster leurs bénéfices. Permet aux clubs de préparer la saison en embauchant et de commencer en parallèle le remboursement des dettes. Vers la forteresse et King Street.

Il reste le dernier point. La personne qui a cristallisé la tension lors de nombreuses réunions récentes. Pourquoi . Gérard Lopez et ses créanciers ont longtemps renvoyé des pommes de terre chaudes quant à qui devrait garantir les futures ventes des joueurs cet été. Mais aussi parce que, contrairement à l'année précédente, la DNCG ne veut plus une simple garantie, comme la forteresse et King Street l'ont déjà fait par le passé sans finalement les respecter. Non, les membres de la gendarmerie financière veulent voir la trésorerie avant de vérifier le dossier bordelais. Ainsi, selon20 minutes d'information, Gérard Lopez a dû se battre pour décrocher une nouvelle ligne de crédit de 14 M€ de la forteresse pour couvrir les soldes d'été.Encore une fois, le fonds a dit "oui". Bon, l'avoir dans la DNCG reste... le plus important de tous.