France

Giscard - Chirac, le couple impossible de la droite

Réservé aux abonnés

Entre les deux hommes, ce fut le règne éternel de la méfiance et de la rancune.

Vincent Leloup/Fedephoto

Entre eux, tout avait mal commencé. En 1969, Jacques Chirac est nommé par Georges Pompidou, nouveau président de la République, au poste de secrétaire d’État au Budget. Valéry Giscard d’Estaing est ministre de l’Économie et des Finances. À 43 ans, il est déjà une vedette de la vie politique qui retrouve «son» ministère trois ans et demi après en avoir été chassé par le général de Gaulle. Chirac, de six ans son cadet, n’est encore que le «bulldozer» de Pompidou, inconnu de l’opinion publique en dehors des frontières de la Corrèze où il est député. Giscard regarde de haut ce jeune protégé du président de la République.

Lors de réunions de travail, il se fait servir du thé et oublie d’en faire profiter son «subordonné». «Merci, monsieur le ministre, je ne bois jamais de thé», affirme lui avoir répondu le secrétaire d’État. Jacques Chirac, dans ses Mémoires, parle de Giscard comme d’un homme «d’une intelligence et d’une stature exceptionnelles». Mais c’est pour ajouter quelques pages plus loin:

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Giscard - Chirac, le couple impossible de la droite

S'ABONNER

Football news:

Conte about 2:1 avec Milan: avant le but gagnant, le résultat était injuste. Leur gardien de but est le meilleur joueur du match
Mikel Arteta: Arsenal a bien fait, mais a perdu. Les victoires donnent confiance
Nicolo Barella: nous avons Prouvé que nous sommes plus forts que Milan
Va t'occuper de tes conneries vaudou, petit con. Ibrahimovic-Lukaku pendant le match de coupe
Pioli sur la défaite de l'inter: la seule différence était l'élimination. A égalité, il pourrait y avoir n'importe quel résultat
L'UEFA n'envisage pas de renoncer à l'Euro dans 12 villes. D'autres options ne sont pas souhaitables
Eriksen a marqué pour l'inter Milan pour la première fois en près de six mois - Milan en coupe à la 97e minute de pénalité