France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Gouvernement Borne : Non, le Premier ministre n'est pas obligé de se soumettre à un vote de confiance

Elizabeth Borne présenterasa déclaration de politique généralele mercredi 5 juillet, d'abord au Parlement puis au Sénat. Traditionnellement, ce discours est suivi d'un vote de confiance. Cependant, le Premier ministrea remis cela en question. Ledécretpublié au journal officiel convoquant le Congrès pour cette réunion extraordinaire ne mentionne pas ce vote. Le PDG de a révélé qu'"aucune décision n'a encore été prise".

Il n'y a pas de question pour les adversaires. « Le Premier ministre doit se soumettre à un vote de confiance »,a déclaré Adrian Quatens. Concernant Jean-Luc Melenchon, il a déclaré : "La Première ministre doit comparaître devant la Diète, présenter un plan d'action et rechercher la confiance de la Diète, mais doit-elle vraiment s'y soumettre ? 20 minutesIn Stock.

Contrefaçon

La Constitution évoque clairement ce fameux vote de confiance. L'article 49stipule : « Le Premier ministre est responsable du programme ou, en certains cas, la déclaration de politique générale, après délibération en Conseil des ministres et devant la Diète. » Puisarticle 50: « Si le Parlement vote la défiance, ou s'il s'oppose à une déclaration de programme ou de politique générale du gouvernement, le Premier ministre doit présenter une démission au président de la République.

Habituellement, les votes de confiance se passent bien. Mais cette année ne l'est pas. LREM n'a pas obtenu la majorité absolue au parlement. Par conséquent, une majorité de membres de l'opposition font confiance au gouvernement. Si vous choisissez de ne pas mettre, le gouvernement devra de démissionner. Par conséquent, le mouvement est dangereux et donc hésitant pour Elizabeth Borne.

Mais en réalité, ces deux articles Malgré l'existence du Premier ministre, le Premier ministre n'est pas obligé de soumettre ce vote. Il indique qu'il sera fait en application de. Il stipule que « Devant toute législature, le Gouvernement peut être d'office ou au sens de l'article 51-1. A la demande d'un groupe parlementaire à la demande d'un groupe parlementaire , le sujet a été débattu, et s'il prenait une telle décision, il pourrait faire l'objet d'un vote sans responsabilité.

C'est une tradition. Et la question de la communication politique. Pas prêt à se soumettre aux députés vote en dit long sur la confiance que le député accorde à ce gouvernement. D'ailleurs, il est déjà arrivé que le Premier ministre ne soit pas responsable du gouvernement. Maurice Couve de Marville en 1968, Michelle Local en 1988, Edit Cresson en 1991, Pierre Beregoboy en 1992. Assemblée.

Lors de ce vote de confiance le Congrès n'a jamais renversé le gouvernement, mais il est arrivé que les résultats soient serrés, de sorte que les trois gouvernements Sirac formés entre 1986 et 1987 n'ont été approuvés que par 7, 12, et 13 voix. Seul George Pompidou dut démissionner en octobre 1962, mais il s'agissait d'un geste de condamnation, pas d'un vote de confiance. Après cela, le général Dogor du président de la République passa le parlement. Dissous.