France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Guerre en Ukraine EN DIRECT : Une frappe russe frôle la centrale nucléaire Khmelnitskiï...

15h11 : La Bulgarie va construire deux réacteurs nucléaires américains

La Bulgarie a approuvé mercredi la construction de deux premiers réacteurs nucléaires américains, s’affranchissant ainsi davantage de la Russie dont le pays était très dépendant énergétiquement avant l’invasion russe de l’Ukraine. Ils seront de type AP1000, technologie mise au point par l’américain Westinghouse, selon un communiqué du gouvernement.

Ces deux réacteurs, dotés d’une puissance combinée de 2.300 mégawatts (MW), seront bâtis sur le site nucléaire de Kozlodoui (nord), « le premier à horizon 2033, le second deux ou trois ans plus tard », a précisé le Premier ministre Nikolay Denkov.

Le gouvernement a octroyé mercredi une tranche de 500 millions de leva (250 millions d’euros) pour débuter le projet.

Ces nouveaux réacteurs visent à remplacer les centrales à charbon qui doivent fermer d’ici à 2038, selon les engagements pris par le gouvernement sous la pression de Bruxelles pour se désengager de cette industrie polluante.

La Bulgarie, qui dépendait avant le conflit en Ukraine presque entièrement de Moscou en matière d'énergie, a accéléré ces derniers mois sa stratégie de diversification des ressources.

13h43 : Le Turkménistan vante sa capacité à fournir du gaz à l’Europe

Le Turkménistan, pays d’Asie centrale aux immenses ressources énergétiques, a vanté mercredi sa capacité à fournir du gaz à l’Europe en cas de construction d’un gazoduc transcaspien, tentant de relancer ce projet à la faveur de la guerre en Ukraine.

« Le gazoduc transcaspien (…) fournira du gaz naturel aux États européens » a assuré le président Serdar Berdymoukhamedov, cité par le journal étatique « Turkménistan neutre ».

Ce gazoduc, s’il voyait le jour, relierait, à travers la mer Caspienne, l’Asie centrale à l’Azerbaïdjan dans le Caucase, où le gaz turkmène serait ensuite raccordé au réseau turc puis expédié vers l’Europe.

Ce projet (en anglais TCP) n’a jusqu’ici pas vu le jour, notamment en raison de l’opposition de la Russie, pays riverain de la Caspienne qui ne voulait pas être concurrencée par le Turkménistan, une ex-république soviétique, pour approvisionner le marché européen.

Mais la guerre en Ukraine a conduit l’Union européenne à chercher à se défaire de sa dépendance à l’égard des hydrocarbures russes, relançant l’idée du TCP, même si aucun projet concret de financement du chantier n’a été évoqué jusqu’ici.

12h02 : Frappe près d’une centrale nucléaire

« Dans la nuit, l’ennemi a touché la zone proche de la centrale nucléaire Khmelnitskiï », a annoncé le ministère ukrainien de l’Energie, affirmant que les vitres de certains bâtiments administratifs et de laboratoires avaient explosé. Des lignes électriques ont aussi été endommagées, coupant le courant à plus de 1.800 foyers, a ajouté le ministère.

11h21 : Moscou parlera nucléaire avec les Américains lorsqu’ils seront moins « hostiles »

La Russie a indiqué mercredi qu’elle ne parlerait de contrôle des armes nucléaires avec les Américains que lorsque les Etats-Unis cesseront d’être hostiles à l’égard de Moscou. L’accord New Start, dernier traité bilatéral sur le contrôle des armements nucléaires liant les deux pays, expire en 2026 et son avenir est en question. Moscou est en outre aussi en train de révoquer son engagement légal à ne pas tester de bombes atomiques.

« Nous pensons que sans changement dans l’attitude profondément et fondamentalement hostile des États-Unis à l’égard de la Russie, il est tout simplement impossible de reprendre le dialogue sur la stabilité stratégique, y compris sur New Start », a dit aux médias russes, le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

Selon lui, Washington a proposé la reprise du dialogue sur ces questions, souhaitant « dissocier » ces discussions « de tout ce qui se passe », semblant faire référence aux nombreux conflits opposant les deux pays, en particulier l’Ukraine, que les Américains soutiennent face à l’agression russe. « Nous répondrons aux Américains au moment opportun. Sous quelle forme ? Il est encore trop tôt pour le dire », a ajouté le vice-ministre.

10h55 : Le ministre russe de la Défense assure épuiser l’armée ukrainienne

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou a affirmé que son armée était en train d’épuiser les forces ukrainiennes, lors d’une inspection d’un poste de commandement dans l’est de l’Ukraine, a indiqué mercredi son ministère.

« La situation actuelle montre que l’ennemi a de moins en moins d’opportunités. Et elles continueront de se réduire grâce à vos efforts de combat exceptionnels », a assuré M. Choïgou à des soldats dans la région de Donetsk, selon le ministère de la Défense, qui n’a pas indiqué la date de ce déplacement.

Le communiqué du ministère affirme aussi qu’un militaire non identifié a affirmé à M. Choïgou que les forces ukrainiennes étaient « en panique ». « Nous connaissons toutes ses approches, ses mouvements et ses sorties, nous le battons, nous ne l’épargnons pas ».

10h48 : Au moins un mort après des attaques russes nocturnes et à l'aube

L'Ukraine a dit avoir essuyé dans la nuit et dans la matinée de mercredi de nouvelles attaques de drones et bombardements russes, faisant au moins un mort. A l'aube, une frappe aérienne a touché une maison dans un quartier résidentiel de Beryslav, dans la région de Kherson (sud), tuant un homme de 42 ans, a indiqué le gouverneur régional Oleksandre Prodoukine.

La ville de Kherson, libérée par les forces ukrainiennes en novembre 2022, a elle aussi essuyé des bombardements, mais le responsable n'a pas fait état de victimes. La région de Khmelnitskiï, dans l'ouest de l'Ukraine, a elle été visée par des drones qui ont été abattus par la défense antiaérienne ukrainienne. Leurs débris ont fait des dégâts et 16 blessés, selon le ministre de l'Intérieur Igor Klymenko.

07h50 : Le ministre russe de la Défense se rend dans la zone de l’opération militaire en Ukraine

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, s’est rendu dans la zone de l’opération militaire en Ukraine pour inspecter un poste de commandement et s’entretenir avec de hauts responsables militaires, a annoncé mercredi l’armée russe dans un communiqué.

Arrivé en hélicoptère au poste de commandement « Vostok », dans l’est de l’Ukraine, selon une vidéo diffusée par l’armée, Sergueï Choïgou s’est fait présenter un rapport sur la situation actuelle sur le front, ainsi que sur la formation des unités spéciales russes chargées d’utiliser les drones.

Le ministre s’est également entretenu avec de hauts responsables militaires sur les préparatifs à l’hiver en matière des uniformes et des équipements de chauffage pour les soldats, ajoute l’armée russe, sans préciser quand ce déplacement a eu lieu.

07h46 : Le soutien à Israël n’affectera pas l’aide à l’Ukraine, assure Olaf Scholz

Le soutien apporté à Israël après l’attaque sanglante lancée par le Hamas ne viendra pas contrecarrer l’aide apportée à l’Ukraine, a assuré mardi le chancelier allemand Olaf Scholz.

« Nous soutenons l’Ukraine économiquement, financièrement, avec une aide humanitaire mais aussi avec des armes. Ce soutien ne sera en aucun cas affecté par le fait que, depuis les horribles heures du matin du 7 octobre, nous sommes tournés vers Israël et le Moyen-Orient avec la plus grande compassion et la plus grande inquiétude », a déclaré le chancelier allemand au cours d’un forum économique germano-ukrainien à Berlin.

« Israël et l’Ukraine bénéficient de notre solidarité indéfectible », a encore affirmé Olaf Scholz qui a été le premier chef de gouvernement à se rendre en Israël après l’assaut meurtrier du Hamas. Vladimir « Poutine a envahi l’Ukraine parce que, dans son aveuglement impérialiste, il s’attendait à une victoire facile et rapide. Il s’est trompé. Et il se trompe à nouveau s’il pense pouvoir tenir plus longtemps que nous », a poursuivi Olaf Scholz.

07h35 : « Nous voulons qu’il revienne », clame la sœur du journaliste Evan Gershkovich, détenu en Russie

La sœur du journaliste américain du Wall Street Journal, Evan Gershkovich, détenu en Russie depuis mars pour des accusations d’espionnage, a exhorté mardi à sa libération à l’approche de son 32e anniversaire. « Chaque jour qu’Evan passe en prison est un jour de trop », confie Danielle Gershkovich à Washington, « nous voulons qu’il revienne ».

Evan Gershkovich a été arrêté fin mars par les services de sécurité russes lors d’un reportage à Ekaterinbourg, dans l’Oural et a été emprisonné pour espionnage, un crime passible de vingt ans de prison. Le journaliste, qui a aussi travaillé pour l’AFP à Moscou par le passé, rejette catégoriquement ces accusations d’espionnage, tout comme Washington et son journal, assurant qu’il ne faisait que son travail. Sa sœur, Danielle Gershkovich, explique que sa famille a reçu la promesse du président américain Joe Biden qu’il « ramènerait Evan » aux Etats-Unis.

07h15 : Le Congrès des Etats-Unis toujours paralysé, l’aide à l’Ukraine en suspens

Les républicains à la Chambre américaine des représentants ont désigné mardi soir l’élu Mike Johnson comme nouveau candidat au poste de « speaker », à la fin d’une journée rocambolesque illustrant le chaos dans lequel est plongé le Congrès des Etats-Unis, mais il n’est pas certain d’accéder au perchoir. Or, sans « speaker », la Chambre est dans l’incapacité d’accéder à la demande du président Joe Biden d’envoyer une aide d’urgence à l’Ukraine.

07h00 : Bonjour et bienvenue sur ce live

Bonjour à toutes et à tous. La rédaction de 20 Minutes reste mobilisée tous les jours pour vous informer sur la guerre en Ukraine. Ce mercredi, les Etats-Unis voient leur Congrès toujours paralysé, incapable de désigner un nouveau speaker. Or, sans cette nomination, Washington ne peut pas envoyer l’aide promise à Kiev.