France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Guerre entre le Hamas et Israël : la France va envoyer un navire militaire pour « soutenir » les hôpitaux de Gaza

Emmanuel Macron et le président égyptien Abdel-Fattah al-Sisi avant leurs entretiens au Caire, le 25 octobre 2023.

Emmanuel Macron et le président égyptien Abdel-Fattah al-Sisi avant leurs entretiens au Caire, le 25 octobre 2023.
Emmanuel Macron et le président égyptien Abdel-Fattah al-Sisi avant leurs entretiens au Caire, le 25 octobre 2023.

© CHRISTOPHE ENA / POOL / AFP

Diplomatie

Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi depuis Le Caire qu’un navire-hôpital allait « appareiller prochainement pour soutenir les hôpitaux de Gaza ».

Le président de la République est arrivé mardi soir à Amman en Jordanie, lors de la deuxième étape de sa tournée régionale. Lors d'une conférence ce mercredi avec le dirigeant égyptien, Emmanuel Macron a annoncé l’envoi d’un navire militaire, au départ de Toulon dans les prochaines 48h, pour « soutenir » les hôpitaux de Gaza, ainsi que le départ pour l’Egypte d’un avion français chargé de matériel médical qui arrivera demain. « D’autres suivront », a-t-il précisé.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé mercredi Israël à éviter une « invasion terrestre de Gaza » aux côtés de son homologue français Emmanuel Macron car elle fera « un grand nombre de victimes civiles ».

« J’ai entendu votre message sur le double standard », a annoncé Emmanuel Macron à l’issue de sa rencontre avec le président égyptien. « La France ne pratique pas le double standard », a affirmé le chef de l’Etat français. Emmanuel Macron a ajouté que « le droit international s’applique à tout le monde» et que «toutes les victimes se valent et il n’y a pas de hiérarchie ».

Le dirigeant français a ajouté qu’il fallait « tout faire » pour « éviter l'escalade et la montée des tensions » et « traiter les causes profondes de la situation ».

Le président français, Emmanuel Macron, a appelé au Caire à « parvenir enfin à la solution de deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte en paix et en sécurité », estimant que « ce n'est pas parce que cette idée est vieille qu'elle est devenue caduque ».

Le terme « caduc » avait marqué les esprits en 1989 lorsqu'il avait été employé par le chef de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Yasser Arafat, pour amender la Charte nationale palestinienne qui prônait alors la disparition d'Israël.

Le Figaro

Mots-Clés

Thématiques