France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Handball (Nationale 1 féminine) : Une défaite, mais « de l’abnégation » pour l’ALJO

Handball (Nationale 1 féminine) : Une défaite, mais « de l’abnégation » pour l’ALJO
La Cognaçaise Sirine Mostefaoui, habituée à jouer avec les U18, a terminé meilleure marqueuse de son équipe.

Photo Christophe Barraud

Par Étienne GOURSAUD, publié le 4 décembre 2022 à 16h19.

Les joueuses de Cognac se sont inclinées à domicile contre Montluçon (21-33), mais l’entraîneur Nicolas Pavillard retient surtout la combativité et l’engagement montrés par ses jeunes joueuses.

Il est quand même courageux ce Nicolas Pavillard. Indépendamment de ses qualités de technicien, dont chacun peut se faire juge, l’entraîneur de Cognac doit composer avec un vrai vent contraire depuis le début de la saison. D’un club miné par les conflits dont il n’est en rien responsable...

Il est quand même courageux ce Nicolas Pavillard. Indépendamment de ses qualités de technicien, dont chacun peut se faire juge, l’entraîneur de Cognac doit composer avec un vrai vent contraire depuis le début de la saison. D’un club miné par les conflits dont il n’est en rien responsable, lui arrivé au mois de juin. Pour une première expérience, c’est un vrai bourbier. Et pourtant, il avait réussi à faire relever la tête à cette équipe. Au point de passer tout près de la victoire contre Mérignac et Saint-Junien. Malheureusement, les conflits internes ont eu raison de la volonté d’Annabelle Courcelles, Marion Femel et Marion Barret, qui ont renoncé avant le déplacement à Côte Basque, il y a une semaine.

Il y a eu des choses porteuses d’un état d’esprit en adéquation avec les valeurs du sport.

À cela s’ajoutent les blessures au long cours de Katy Cherigie, Charlotte Groo et les récentes de Capucine Bourcier et Hatouma Diarra. Autant dire que Cognac perdait tout un 6 majeur sur le parquet.

Évidemment, ce samedi, pour la réception de Montluçon, il ne s’agissait pas de penser à une victoire. On pouvait même craindre le pire, une nouvelle déroute, comme l’ALJO en a connu contre Mios et Pessac, lors des deux premières journées de championnat. En composant de bric et de broc, Nicolas Pavillard a réussi à monter une équipe plus qu’acceptable, malgré 9 joueuses sur la feuille de match. À partir de là, la défaite 21-33 est déjà vue comme une sacrée performance. « Les filles ont montré des valeurs qui font plaisir. Oui nous sommes moins fortes, oui on avait deux filles de la réserve et des jeunes », constate Nicolas Pavillard. « Je suis content de ce qu’elles ont montré. On a essayé d’être le plus créatif possible et de bousculer l’équipe adverse », poursuit le technicien cognaçais.

Des jeunes exemplaires

Chose faite avec un certain panache, car l’ALJO ne bascule qu’à 4 longueurs de son adversaire à la pause (13-17). Avec des jeunes qui ont su prendre des responsabilités que d’autres seraient bien inspirées de prendre. On pense à Mostefaoui, habituée à jouer avec les U18, et qui s’offre le luxe d’être la meilleure buteuse cognaçaise (6/10). Léonore Brochard a marqué 4 buts. Capucine Bourcier était une des éléments moteurs de l’ALJO avant sa blessure. Le travail en amont n’était pas si mauvais avec les jeunes !

« Évidemment c’est une défaite, mais il y a eu des choses porteuses d’un état d’esprit en adéquation avec les valeurs du sport. Rien que pour cela… Au moins, même si on perd, on a remporté une victoire sur le courage et l’abnégation. On est peut-être dernières, mais je reste content de ce qu’elles ont fait », poursuit Nicolas Pavillard, qui espère récupérer des blessées rapidement.

Au moins l’air était un peu plus léger du côté de Cognac, même si la saison sera tout de même bien longue.