France

Harry et Meghan : fiasco sur toute la ligne

C'est ce qu'on appelle un ratage de première classe… En janvier dernier, promis, juré, on allait voir ce qu'on allait voir : la battante Meghan et l'énergique Harry larguaient les amarres pour transformer le monde en focalisant les médias sur les causes qui leur tenaient à cœur : l'écologie, l'éducation, le féminisme… Cinq mois plus tard, le bilan est nul : les voilà barricadés dans une maison de star de plusieurs millions à Los Angeles, dans un quartier huppé et clinquant, à la tête d'une fondation au nom compliqué, Archewell, encore inconnue du grand public et toujours pas active. Et pour cause : selon le Sun, le dossier déposé serait encore trop flou et mal ficelé pour être accepté…

Depuis des mois, les Sussex accumulent maladresses, déboires et contretemps. À croire qu'un mauvais karma les poursuit depuis leur départ de Buckingham… Ils comptaient d'abord s'appuyer sur leur marque Sussex Royal, qui leur a été retirée par la reine. Ils se sont donc concentrés sur Archewell, inspirée en partie par le prénom de leur petit garçon, mais le coronavirus est venu rebattre les cartes : difficile de lancer une fondation en pleine pandémie… Harry et Meghan espéraient relancer leurs projets avec le déconfinement, mais voilà l'Amérique soudain en proie à des tensions monstres suite à la mort de George Floyd. Il leur faut donc encore tout reporter et certainement réorienter leur action vers des causes plus porteuses, comme la lutte contre le racisme et le coronavirus.

Caprice et trahison

Mais la voix des Sussex est-elle encore audible ? Les Britanniques ne leur ont pas pardonné leur trahison, qu'ils assimilent à un caprice de plus et une preuve de leur égocentrisme. Les Américains, sensibles à l'audace, sont plus indulgents, mais s'intéressent plus, pour l'instant, aux anecdotes croustillantes autour du couple qu'à son action caritative… Résultat : Harry et Meghan sont devenus des people comme les autres, harcelés par des paparazzis qui vont jusqu'à envoyer des drones au-dessus de leur piscine pour voler une photo de leur intimité. Le comble quand on sait que Harry a aussi fui Londres pour éviter une presse britannique populaire jugée trop agressive.

Ils ont bien tenté quelques initiatives comme celle d'aller distribuer des repas à domicile dans un quartier de Los Angeles ou celle de poster des vidéos sur le site de certaines associations ciblées, des actions au compte-gouttes et mal comprises des Britanniques, qui plébiscitent, en revanche, l'engagement de William et Kate en Grande-Bretagne, loin des paillettes de Hollywood… Dans ce contexte, il se dit que Harry commencerait à tourner en rond comme un fauve en cage, quelque peu déstabilisé par sa nouvelle vie qu'il n'imaginait pas ainsi. « J'ignore comment sa carrière évoluera, même si je pense qu'il trouve la vie un peu difficile en ce moment », confiait en avril dernier l'anthropologue Jane Goodall, citée par The Times, toujours en contact avec le prince.

Lire aussi « Monarchie allégée » : mission accomplie pour Elizabeth II

Amitié embarrassante

Pour Meghan aussi, l'avenir semble incertain : on sait qu'elle rêve de renouer avec le cinéma et la production, à la fois pour gagner sa vie, maintenir sa renommée et défendre ses causes, mais, là encore, la pandémie du coronavirus a laissé en plan tous les tournages, reportant d'autant les projets, figeant l'industrie de l'intertainment. Pas le meilleur moment pour activer ses agents hollywoodiens pour décrocher un rôle de premier plan dans une superproduction… Pour ne rien arranger, sa meilleure amie, la styliste canadienne Jessica Mulroney, qui l'a assistée le jour de son mariage, est empêtrée dans une polémique à consonance raciste suite à des propos qu'elle aurait tenus envers une blogueuse noire. Une amitié soudain bien embarrassante en plein débat sur la mort violente de George Floyd aux États-Unis…

Lire aussi Meghan Markle : sa carrière chez Disney déjà compromise ?

Cinq mois après leur crise d'indépendance, le bilan est plus que décevant : isolés, critiqués, épiés, les Sussex semblent plus que jamais à la dérive, avec des frais qui tournent toujours à plein régime – leur seule sécurité est estimée à environ 4 millions d'euros annuels. Sur leur site officiel, ils se sont donné un an pour réussir à imposer leur style, leur image et leur message avant d'en tirer les premières leçons. Il ne leur reste plus que quelques mois pour montrer ce qu'ils ont dans le ventre…

Football news:

Quique Sétien: Barcelone n'a pas fait un excellent match. L'Espanyol a bien joué en défense
Andujar Oliver sur les retraits: faty est allé trop loin et la faute au Sommet était encore plus dangereuse, peut-être
Atalanta a prolongé la série de victoires à 11 matches, en battant la Sampdoria-2:0
Milner a passé le 536e match dans la premier League et est entré dans le top 5 de la Ligue sur les rencontres jouées
Le Club du Barça faty est éliminé dans le Derby avec l'Espanyol. Il a passé 5 minutes sur le terrain
Suarez a marqué 195 buts pour Barcelone et est arrivé à la troisième place dans la liste des meilleurs buteurs du Club
Daniele de Rossi: les Gens appellent Messi un peu naïf, et ils ont peur de demander à leur femme une télécommande de la télévision