France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Iran : la télévision d'État diffuse ce qu'elle présente comme des «aveux» de deux Français arrêtés pour espionnage

Au moins une femme s'exprimant en français explique dans une vidéo être un agent de renseignement de la DGSE.

Le site de la chaîne arabophone al-Alam de la télévision officielle iranienne a diffusé ce jeudi 6 octobre ce qu'elle présente comme des «aveux» d'espionnage de deux Français arrêtés en mai en Iran. Dans un montage vidéo, une femme s'exprimant en français affirme s'appeler Cécile Kohler et être agent de renseignement opérationnel à la DGSE, le service de renseignement extérieur français.

L'Iran avait annoncé le 11 mai l'arrestation de deux Européens «entrés dans le pays dans le but de déclencher le chaos et déstabiliser la société». Les autorités françaises avaient dénoncé de leur côté une arrestation «sans fondement» et demandé leur «libération immédiate». Téhéran avait ensuite accusé début juillet d'«atteinte à la sûreté» du pays deux «syndicalistes français» arrêtés en mai.

Une source syndicale française les avait identifiés comme Cécile Kohler, une responsable du syndicat d'enseignants Fnec FP-FO, et son conjoint Jacques Paris. Elle précisait qu'ils faisaient du tourisme en Iran pendant les vacances de Pâques au moment de leur arrestation.

Dans l'enregistrement diffusé ce jeudi, la femme affirme qu'elle et son conjoint étaient en Iran «pour préparer les conditions de la révolution et du renversement du régime iranien islamiste».

À lire aussiLe patron de la DGSE au Figaro: «Aujourd’hui comme hier, nos agents sont en première ligne»

Ils devaient, toujours d'après ses déclarations, financer des grèves et des manifestations et même utiliser des armes «pour se battre contre la police». Selon l'homme montré dans la vidéo, qui s'exprime aussi en français, les objectifs de la DGSE «étaient de faire pression sur le gouvernement» iranien.

À VOIR AUSSI - Iran: Une députée européenne se coupe les cheveux au Parlement