France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

[] Jaunisse de la betterave : Marc Fesneau annonce le prolongement du PNRI

Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture, a profité de sa venue au salon Betteravenir le 25 octobre 2023 à Berny-en-Santerre (Somme) pour annoncer officiellement le prolongement du PNRI (Plan national de recherche et innovation). Ce dernier, initié en 2021 pour trois ans, vise à identifier des solutions alternatives aux néonicotinoïdes contre la jaunisse de la betterave.

Mais comme l’a expliqué devant le ministre Alexandre Quillet, président de l’ITB (Institut technique de la betterave), « si les avancées sont importantes, le succès est incomplet à ce jour. Les alternatives ne sont pas encore suffisamment efficientes pour affirmer que le risque d’impact de la jaunisse est derrière nous. Le PNRI mérite donc de poursuivre sur sa lancée. »

Pas encore de solutions optimales

Une position soutenue par le ministre de l’Agriculture qui a convenu « qu’aujourd’hui, nous n’avons pas encore de solutions optimales sur la question de la substitution aux produits néonicotinoïdes. C’est du temps, cela nécessite une mobilisation de tous, des moyens publics et privés, l’engagement des agriculteurs pour qu’on puisse aller vers la massification. »

Face à la demande forte de la filière, Marc Fesneau a donc décidé de prolonger le PNRI sur une durée « à mon avis équivalente [à celle du premier PNRI, soit trois ans]. L’État sera au rendez-vous des moyens financiers à mettre sur la table pour faire en sorte qu’on puisse prolonger l’initiative ». Reste à calibrer le financement en fonction des demandes et des moyens nécessaires.

Pour le ministre, il est important d’ici les deux-trois années difficiles devant nous, de « trouver des solutions. On voit des pistes qui commencent à se dessiner, comme la détection des réservoirs viraux, les plantes compagnes, les produits de biocontrôle, les auxiliaires des cultures… Mais on ne s’arrête pas tant qu’on est en chemin », insiste-t-il.

Et de compléter : « le PNRI est une démarche absolument exemplaire de ce qu’on peut faire quand une filière s’unit pour résoudre un problème face à une impasse technique liée à la disparition d’un certain nombre de produits ».

Pertes 2023 indemnisées

Pour les producteurs des territoires qui ont été touchés par des épisodes de jaunisse cette année, « nous serons au rendez-vous de l’engagement qui a été le mien de couverture des risques, même si on n’est évidemment pas sur une crise généralisée. Il faut un dispositif adapté par rapport à une crise qui est plus géographiquement localisée. Je le présenterai aux représentants de la filière, nous avons fait un gros travail concernant l’aide, les modalités… ». Ce dispositif sera finalisé après la fin des récoltes en fonction des pertes des uns et des autres.

Marc Fesneau a rappelé que le risque jaunisse va être couvert sur 2023 car il était prévu une dérogation d’utilisation des néonicotinoïdes sur les semences enrobées mais finalement cela n’a pas été le cas compte tenu de la décision de la Cour de Justice de l’Union européenne.

Isabelle Escoffier