France

Jeunesse, digital : les chantiers de l'audiovisuel public

Dans le salon d'honneur de son ministère de la Culture, Françoise Nyssen a passé en revue une troupe qui a parfaitement exécuté la marche du consensus. Delphine Ernotte (France Télévisions), Sybile Veil (Radio France), Marie-Christine Saragosse (France Médias Monde), Véronique Cayla (Arte), Laurent Vallet (INA) et Yves Bigot (TV5 Monde) se sont succédé au micro. Ils ont rivalisé d'enthousiasme à l'idée de travailler ensemble à la construction de l'audiovisuel public de demain. Dans les rangs des patrons de l'audiovisuel public, plus aucune voix ne s'élève pour contester la réforme voulue par Emmanuel Macron. La sortie de ce dernier sur «l'audiovisuel public honte de la République», la destitution de Mathieu Gallet à la tête de Radio France, les sueurs froides de Marie-Christine Saragosse qui a dû être renommée à la tête de France Médias Monde et le recadrage de Delphine Ernotte qui avait osé contester l'amputation du budget de France Télévisions, ont eu raison de toutes les réticences.

Le gouvernement peut donc sereinement dérouler son plan en trois étapes. Dans un premier temps, il a décidé de parler uniquement des priorités éditoriales et des projets communs entre les différentes entités du service public. Dès le départ, Françoise Nyssen a prévenu qu'elle n'aborderait pas les sujets qui fâchent: les économies budgétaires. Ce point crucial ne sera abordé que dans un deuxième temps, à l'été, lors des premiers arbitrages budgétaires. Certains, dans les couloirs du ministère, estimaient que les économies seraient moins importantes que les 500 à 800 millions évoqués. Enfin, les questions de la gouvernance et de la réforme de la redevance sont repoussées au débat sur la nouvelle réforme audiovisuelle qui aura lieu à la fin de l'année 2018.

«Il n'y a pas d'échec, mais la course à l'audience a montré ses insuffisances»

Françoise Nyssen, ministre de la Culture

Lundi, Françoise Nyssen a rassuré les patrons de l'audiovisuel public. «Il n'y a pas d'échec, mais la course à l'audience a montré ses insuffisances.» Pour se différencier, elle déclare qu'il faut désormais inverser les priorités. En clair, il faut se concentrer sur la reconquête du public jeune, sur une mission éducative, sur des programmes de proximité, sur la création et enfin sur une information de qualité.

Derrière ces grandes missions, la ministre a ouvert des chantiers concrets. Les entités du service public doivent entrer de plain-pied dans le numérique. Tous ont investi, mais trop timidement. C'est la nouvelle frontière. «L'audiovisuel public devra investir 150 millions d'euros supplémentaires d'ici à 2022» a précisé la ministre. À cette date, entre 250 et 300 millions d'euros seraient donc consacrés au numérique, soit seulement 7,5 % du budget actuel de l'audiovisuel public. Cet investissement supplémentaire devra être dégagé grâce à des économies internes. Il servira à bâtir une plateforme éducative dans laquelle les enseignants et les élèves pourront trouver matière à approfondir leurs cours.

Un média social culturel devrait rapidement voir le jour pour diffuser largement des modules culturels de Radio France, France Télévisions ou Arte. Une autre plateforme commune sera créée à destination du public jeune avec des contenus du Mouv' et de France Télévisions. Enfin, sur la plateforme existante Franceinfo, les rédactions de l'audiovisuel public vont mettre l'accent sur la lutte contre les «fakes news» et sur l'éducation aux médias.

France 3 sera la chaîne des territoires avec un triplement des heures de programmes locaux qui passeront de 2 heures à 6 heures par jour

La construction de cette offre numérique à destination de la jeunesse conduit à l'annonce la plus spectaculaire du jour: la disparition de la chaîne France 4 sur la TNT. Avec deux conséquences directes. Tout d'abord, France Télévisions a déjà trouvé une économie d'une quarantaine de millions d'euros. Ensuite, une place sur le canal 14 de la TNT se libère. Cela déclenche déjà une guerre ouverte entre les autres chaînes pour l'occuper. Le service public aimerait y mettre la chaîne Franceinfo (actuellement sur le canal 27) mais ses rivales, BFMTV et LCI, se battent pour l'éviter.

L'autre grande annonce concerne France 3. Françoise Nyssen a enfin lancé la réforme de cette chaîne. Après des décennies d'atermoiement, elle a tranché. France 3 sera la chaîne des territoires avec un triplement des heures de programmes locaux qui passeront de 2 heures à 6 heures par jour.

Recentrées sur leur mission de proximité, les 13 chaînes régionales de France 3 vont pouvoir développer des synergies avec les 44 stations locales de France Bleu. Si des programmes vont être créés en commun, il n'est pour l'instant pas question de fusionner les deux entités.

Football news:

Sterling a contourné Yaya Touré et est devenu le 2e buteur de Man City dans l'histoire de la premier League
Gasperini sur les deux tirs au but de la Juve: Ils sont au-dessus de toutes les règles en Italie. Avons-nous dû nous couper les mains?
Sarri Pro 2:2 avec Atalanta: Nous avons joué avec l'une des meilleures équipes d'Europe en ce moment
Pep Guardiola: Man City remporte la Ligue des Champions sur le terrain. J'espère que l'UEFA nous permettra de jouer
L'Atalanta a prolongé la série sans défaite à 14 matchs et occupe la 3e place de la Serie A
Ronaldo a inscrit son 27e but en Serie A en réalisant un penalty dans le match contre l'Atalanta. Immobile a 29 buts
Sterling a marqué 27 buts en une saison et a battu son record. Il a fait un tour du chapeau dans le match avec Brighton