France

Jeux olympiques : comment les athlètes se préparent à la chaleur de Tokyo

Pour éviter les redoutables coups de chaleur à l’effort lors des prochains JO d’été au Japon, potentiellement les plus chauds de l’histoire des Jeux, fédérations sportives et chercheurs optimisent l’acclimatation des athlètes.

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Dix mille pas et plus. Le Covid, mais aussi des températures très élevées avec une forte humidité. Telles sont les contraintes qui pèsent sur les Jeux olympiques de Tokyo 2020, déjà reportés d’un an pour cause de pandémie et reprogrammés du 23 juillet au 8 août. En 2018, deux ans presque jour pour jour avant la date initialement prévue de leur ouverture, une vague de canicule historique au Japon, avec des températures dépassant 41 °C, avait entraîné 65 coups de chaleur mortels en une semaine.

Pour réduire les risques de ce qui s’annonce comme les JO les plus chauds de l’histoire, chez les athlètes mais aussi chez les spectateurs et les travailleurs, le Comité international olympique (CIO) a créé un groupe de travail spécifique. Les horaires de certaines compétitions seront décalés, et les épreuves de marathon et de marche se dérouleront à Sapporo, où la température est plus clémente.

Lire aussi

Les experts du CIO viennent par ailleurs de publier, le 21 avril dans le British Journal of Sports Medicine (BJSM), des recommandations pour la prise en charge immédiate des coups de chaleur à l’effort, afin de minimiser le risque de séquelles et de décès. Définis comme une hyperthermie à l’exercice – température centrale généralement supérieure à 40,5 °C – avec dysfonctionnement du système nerveux central entraînant confusion, agressivité, troubles de conscience…, ce sont en effet des urgences médicales.

Le groupe d’experts préconise l’installation de dispositifs spécialisés, à proximité des tentes médicales. L’objectif est de pouvoir refroidir sur place une victime dans les 30 premières minutes avec un bain glacé, jusqu’à ce que sa température redescende en dessous de 39 °C. Ce n’est qu’ensuite qu’un transfert à l’hôpital est réalisé.

« Si on veut faire une compétition à la chaleur, il faut s’entraîner à la chaleur » – Sébastien Racinais, membre de la commission médicale et scientifique pour les JO de Tokyo

Mais c’est sur la prévention, notamment par l’acclimatation à la chaleur, que porte la majorité des efforts. Depuis un an, le BJSM a consacré une série d’éditoriaux à ce thème, pour apporter de l’information aux cliniciens. Des documents concrets sont aussi accessibles aux sportifs, par exemple sur le site Internet des athlètes olympiques.

« Si on veut faire une compétition à la chaleur, il faut s’entraîner à la chaleur. C’est basique, mais ce n’est pas encore fait par tout le monde », résume Sébastien Racinais, membre de la commission médicale et scientifique pour les JO de Tokyo et responsable de recherche à l’Aspetar, l’hôpital de médecine sportive de Doha (Qatar). Cette stratégie entre progressivement dans les pratiques : en 2015, seulement 15 % des participants aux Championnats du monde d’athlétisme de Pékin s’étaient acclimatés à la chaleur, quand la proportion a atteint 63 % pour ceux de Doha en 2019, souligne le docteur en sciences du sport.

Il vous reste 39.19% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Football news:

De Dzerbi annonce sa décision de se retirer de Sassuolo. L'entraîneur est proche de la nomination au Shakhtar
Messi a 300 matches avec des buts en Liga - le plus dans l'histoire. Raúl a marqué en 186 matchs
Le gardien de but Odoevsky de 18 ans a fait ses débuts pour le Zénith: il a Travaillé et espérait qu'un match serait confié
Peut-être le dernier match de Messi au camp Nou: marqué dans un stade vide, mais perdu ses chances de titre
Wolfsburg a atteint la Ligue des Champions, Leipzig pour la deuxième fois a pris la 2e place en Bundesliga
Pioli sur 0-0 avec Cagliari: ne Pas tomber dans le top 4 sera une déception, mais cela ne peut pas être appelé un échec
Lille devance le PSG d'un point, Monaco de 3 points par tour jusqu'à la fin de la Ligue 1