France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

L'été en octobre: chaleur tardive et inédite sur la France

"C'est encore l'été": après un mois de septembre déjà historiquement chaud, la France débute octobre par un épisode de chaleur "exceptionnel" selon Météo-France avec, dimanche et lundi, des températures inédites pour ce mois d'automne.

Plus de 30 degrés sur une large partie du pays, voire 35 degrés localement... Le mercure devrait atteindre des niveaux jamais enregistrés lors d'un dixième mois de l'année, avec un pic attendu lundi.

Au plus chaud de la journée dimanche, le thermomètre affichera 21 à 26 degrés près de la Manche et des frontières du nord, 26 à 31 degrés sur le reste de la moitié nord jusqu'en Rhône-Alpes ainsi qu'au bord de la Méditerranée, 28 à 32 degrés ailleurs, jusqu'à 32 à 34 voire 35 dans le Sud-Ouest.

Du midi toulousain à la Gironde, les maximales attendues sont situées plus de 10 degrés au-dessus des normales de saison, symbole d'un changement climatique qui multiplie les phénomènes extrêmes et tardifs, contraignant les populations à s'adapter.

Fortes températures au Jardin des Tuileries, à Paris, le 10 septembre 2023. (AFP/Archives - Valery HACHE)
Fortes températures au Jardin des Tuileries, à Paris, le 10 septembre 2023. (AFP/Archives - Valery HACHE)

"Ce n'est même pas l'été indien, c'est encore l'été!", résume pour l'AFP Olivier Proust, prévisionniste de Météo-France. "C'est exceptionnel parce que les masses d'air en jeu sur le pays sont d'une caractéristique thermique remarquablement élevée."

Le record national de chaleur pour un mois d'octobre, détenu par Ajaccio avec 35 degrés et, sur le continent, par Dax avec 34,7 degrés, pourrait tomber.

- "Litanie de records" -

"On va encore avoir vraisemblablement une litanie de records depuis la région Sud-Ouest jusque vers le Centre et même la Bourgogne, ainsi que toute la façade atlantique", confirme Olivier Proust.

Ces températures inédites interviennent dans le sillage d'un mois de septembre historique, le plus chaud jamais enregistré, poursuivant une série de presque deux ans au-dessus des normales de saison.

Cette chaleur remarquable, pour ce qui est techniquement l'automne météorologique (qui commence en septembre), est conforme aux observations des climatologues selon lesquelles le changement climatique d'origine humaine augmente non seulement la sévérité des canicules mais aussi leur précocité ou leur survenue tardive.

Ce dernier cause d'ailleurs une élévation des températures plus forte en Europe qu'au niveau mondial: alors que le climat planétaire est désormais environ 1,2°C plus chaud qu'avant l'ère industrielle, la hausse est estimée à 1,8°C en France.

"En octobre, on va se retrouver avec des températures de plus en plus souvent de cet acabit", confirme M. Proust.

- Alerte aux baïnes -

Les activités humaines doivent s'adapter à cette nouvelle donne, comme sur le littoral atlantique où la surveillance des plages, habituellement limitée aux mois d'été, est de plus en plus requise hors saison.

"C'est un gros enjeu", explique à l'AFP Laurent Peyrondet, maire de la commune balnéaire de Lacanau (Gironde), qui dépense 600.000 euros par an pour sécuriser la baignade et va étendre la surveillance jusqu'à la Toussaint.

Chaleur : un mois de septembre record en 2023 (AFP - Nalini LEPETIT-CHELLA, Paz PIZARRO)
Chaleur : un mois de septembre record en 2023 (AFP - Nalini LEPETIT-CHELLA, Paz PIZARRO)

La municipalité a rouvert certains postes de secours ce week-end pour "absorber le nombre de personnes qui vont venir profiter d'une eau à 22 degrés et d'une température de plus de 30 degrés", explique l'élu (MoDem), jugeant "inquiétant" de voir une eau aussi chaude à cette période.

La préfecture de région en Nouvelle-Aquitaine a d'ailleurs alerté les baigneurs en raison d'un risque très élevé de baïnes, sources de courants marins dangereux sur tout le littoral, de la Charente-Maritime aux Pyrénées-Atlantiques ce week-end.

Samedi, un touriste russe de 50 ans a été trouvé mort noyé sur une plage de Mimizan (Landes), dans une "zone sujette aux baïnes", a-t-on appris auprès des pompiers.

Piscines naturelles d'apparence anodine, les baïnes sont responsables chaque année de plusieurs noyades. Elles se forment entre la plage et un banc de sable mais leurs forts courants peuvent rapidement entraîner vers le large.

La surveillance pourrait à nouveau être requise le week-end prochain: après le passage d'une perturbation atlantique mardi, les conditions anticycloniques devraient se réinstaller par la suite, avec "très probablement un nouveau week-end estival" les 7 et 8 octobre, selon M. Proust.