France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

La Banque de France prévoit une croissance "légèrement positive" au troisième trimestre.

Selon l'agence, "l'activité continue de résister" dans un environnement difficile en raison d'une activité réduite dans l'industrie et la construction.

La France pourrait enregistrer une croissance "légèrement positive" au troisième trimestre après un deuxième trimestre meilleur que prévu, a prédit la Banque de France dans la note de mardi. cycle mensuel. "Les résultats d'aujourd'hui et les attentes basées sur les acquisitions de juillet permettentune croissance légèrement positiveau troisième trimestre", a déclaré la Banque de France lors d'une conférence de presse.

} Un rapport économique, résultat d'une enquête de 8 500 entreprises et établissements de fin juillet à début août, selon l'agence, ont constaté que "l'activité continue de résister" dans les environnements difficiles. Les données dont dispose l'agence sont pour l'instant très parcellaires, mais suggèrent que le produit intérieur brut (PIB) est resté stable en juillet par rapport au mois précédent, avec peu d'activité dans l'industrie et la construction.Cela s'explique par la baisse de , compensée par une hausse dans les services marchands.

La croissance française s'accélère

"Les premiers signes suggèrent que cette stabilisation se poursuivra en août,", a-t-elle poursuivi, soulignant que les prévisions étaient incertaines depuis août, mais n'en est qu'à ses balbutiements, mettant en évidence des contrastes secteur par secteur. Avec tous les signaux économiques, la Banque de France indique que la croissance du troisième trimestre pourrait être "légèrement positive" d'un trimestre à l'autre.

Lire aussi François Villeroy de Galhau .

La croissance en France a rebondi tout au long du deuxième trimestre, progressant de 0,5 %, selon les premières estimations de l'INSEE publiées fin juillet. Fin août. Ceci s'explique par la contribution positive apparente du commerce extérieur à la croissance. Le gouvernement table sur une croissance de 2,5% en 2022, tandis que l'INSEE et le FMI tablent sur 2,3%.