France

La Chine est confrontée à des crues exceptionnelles

Toute la moitié sud du pays est touchée. Les inondations ont provoqué la mort de plus de 140 personnes. L’état de certains barrages inquiète.

Par Frédéric Lemaître

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Les inondations qui ont commencé à ravager le sud de la Chine fin mai ne cessent de s’étendre et de prendre une dimension inquiétante. Plus de 900 kilomètres séparent Wuhan (Hubei), au nord, de Yangshuo (Guangxi), au sud, et la mégapole de Chongqing, à l’ouest, se trouve à plus de 1 600 kilomètres de Hangzhou (Zhejiang), à l’est. Pourtant, partout ce sont les mêmes images qui circulent sur les réseaux sociaux : celles de zones inondées, de ponts ensevelis, de maisons partiellement ou totalement détruites et de barrages soumis à une telle pression qu’ils doivent être partiellement ouverts pour libérer des eaux qui s’en échappent avec une violence inouïe.

Toute la moitié sud de la Chine est touchée. Partout, les mêmes témoignages d’habitants expliquent que, certes les fortes pluies en cette saison de mousson sont fréquentes, mais qu’ils n’ont « jamais vu » de telles inondations. Depuis le 2 juin, le service national de météorologie a émis 32 alertes quotidiennes, un niveau jamais atteint en dix ans. Plus de 70 fleuves et rivières sont en crue. A une exception près, les précipitations dans le bassin du Yangzi sont les plus fortes depuis 1961. Le gouvernement, durant plusieurs semaines, a minimisé l’impact de cette catastrophe, préférant insister sur sa gestion de l’épidémie de Covid-19 à Pékin. La presse officielle a assuré une couverture minimale des crues et les informations sur les réseaux sociaux ont été censurées. Mais le silence n’est plus de mise. Mercredi 8 juillet, le premier ministre, Li Keqiang, a sonné la mobilisation générale.

Lire aussi

C’est que, les unes après les autres, les villes qui sont sur le Yangzi Jiang, le fleuve Bleu, le plus long du pays, élèvent leur niveau d’alerte. Comme dans le centre de la Chine, à Wuhan, déjà traumatisée par soixante-seize jours de confinement dû au coronavirus. Les ferries y sont à l’arrêt, les trains et les avions annulés ou retardés et pas moins de 12 000 personnes sont mobilisées pour protéger la métropole de 11 millions d’habitants contre les caprices du fleuve. Située entre deux lacs, Wuhan est prise en sandwich par les eaux. Au niveau national, le bilan humain est lourd : plus de 140 personnes mortes ou disparues. Plus de 20 millions de personnes sont directement affectées et les autorités évaluaient, vendredi 10 juillet, les pertes à 60 milliards de yuans (environ 7,6 milliards d’euros). Mais ces bilans sont provisoires, ne serait-ce que parce que de fortes pluies sont encore attendues.

Il vous reste 55.58% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Football news:

Simeone sur la relégation de la Ligue des Champions: Il n'y a aucune excuse. Nous n'avons pas pu jouer comme nous le voulions
Nagelsmann parle d'une altercation avec Simeone: il veut gagner même en allant au vestiaire. Un entraîneur formidable
Hans-Dieter Flick: Messi est le meilleur joueur du monde ces dernières années. Il ne peut pas être comparé à Lewandowski
S'il peut contester la nomination de l'arbitre néerlandais pour le match contre City. En cas de victoire des anglais, l'Ajax sera dans le groupe de la Ligue des Champions
Brunu Fernández: Gagner la Ligue Europa sera important pour la saison prochaine. Manchester United veut gagner un sous-marin
Havebeck de Leipzig Adams face au PSG: nous sommes confiants
Keylor Navas pourrait rater le match contre Leipzig en raison d'une blessure à la cuisse