France

« La conversion des lieux de culte était une pratique courante »

La Croix : Quelle est la place de Sainte-Sophie dans l’histoire ottomane ?

Isabelle Poutrin : La basilique de la Sainte-Sagesse a été construite par les Byzantins dans l’idée de rivaliser avec le temple de Salomon. Lors de son inauguration en 537, l’empereur Justinien se serait écrié : «Je t’ai vaincu, Salomon !» Artisan de la conquête de Constantinople en 1453, le sultan Mehmet II ne souhaite pas détruire ce monument dont l’architecture, en particulier la coupole, l’émerveille. Nourri de culture grecque, désireux de bâtir un empire à la hauteur de celui d’Alexandre le Grand, il veut assumer l’héritage byzantin pour le surpasser.

→ EXPLICATION. Sainte-Sophie, le rêve ottoman d’Erdogan

La basilique est alors convertie en mosquée, comme c’était la pratique : les croix et les cloches sont enlevées, un minbar (chaire), un mihrab (niche indiquant la direction de La Mecque) et des tapis sont installés. Les mosaïques chrétiennes sont conservées et ne seront recouvertes qu’au XVIIe siècle, dans une période de raidissement islamique.

Sainte-Sophie d’Istanbul

Mehmet II, comme ses successeurs, n’auront de cesse de vouloir construire des mosquées «encore plus belles» et «encore plus grandes», sans toutefois jamais réussir à égaler les dimensions de la coupole. Sainte-Sophie est d’ailleurs restée la mosquée dans laquelle le sultan venait prier après son intronisation. Comprendre cette fascination des sultans ottomans pour Sainte-Sophie permet de mesurer sa charge symbolique pour le président Recep Tayyip Erdogan.

La conversion d’un lieu de culte a-t-elle été une pratique courante dans le passé ?

I. P. : Elle a commencé avec la christianisation de l’Empire romain et la réutilisation des temples païens. En Espagne, les lieux de culte juifs, chrétiens et musulmans n’ont cessé d’être transformés lorsque les frontières se déplaçaient. À l’argument pratique - il est beaucoup plus simple de réaffecter un bâtiment que de le détruire - s’ajoute la motivation politique : prendre possession de ses lieux de culte les plus importants impressionne l’adversaire... Plus tard, la conversion des églises a également été courante au moment de la Réforme protestante.

Parmi ces conversions passées, lesquelles posent problème aujourd’hui ?

I. P. : D’abord, dans un grand nombre de cas, le statu quo prévaut. La mosquée Lala Mustafa Pacha, par exemple, située dans le nord de Chypre, à Famagouste, fut autrefois la cathédrale Saint-Nicolas avant d’être transformée lors de la conquête de l’île par les Ottomans en 1571. En Espagne, d’anciennes synagogues devenues églises, et toujours affectées au culte, suscitent un tourisme mémoriel de visiteurs, juifs ou non, à la recherche de ce passé ancien, sans susciter de difficultés particulières.

La situation est plus compliquée à Cordoue, avec l’ancienne mosquée devenue cathédrale. Sur son site Internet, l’évêché de Cordoue la qualifie uniquement de « cathédrale », gommant son passé musulman. Les guides touristiques, eux, la qualifient de « mosquée » et certains, au nom d’une vision un peu idéalisée de l’histoire de l’Andalousie, revendiquent aussi cet héritage. Les dénominations révèlent parfois notre malaise.

Pourquoi ces tensions actuelles autour de Sainte-Sophie ?

I. P. : La particularité de Sainte-Sophie est d’avoir été transformée en musée en 1934 et c’est de ce statu quo que le président Erdogan ne se satisfait plus. Mais le remettre en cause est explosif, compte tenu de l’histoire du monument, et de sa localisation à Istanbul, nœud de la géographie européenne, symbole de ce qui a longtemps été une frontière entre empires. Le piège serait de répondre par la défense d’un héritage chrétien occidental en oubliant que Sainte-Sophie est un musée depuis plus d’un demi-siècle. Compte tenu de la grande variété des lieux de culte réaffectés, on ne sait pas ce qui pourrait arriver si chacun se mettait à revendiquer les siens...

Football news:

Haji a démissionné de son poste d'entraîneur de Viitorul
Karim Benzema: jouer Ronaldo m'a fait aimer le football
Sanchez rompra son contrat avec Manchester United et partira à l'inter Milan. Il recevra 7 millions d'euros par an
Lautaro Martinez: continuons à faire de Notre mieux pour l'inter
Albert Ferrer: le Barça doit devenir indépendant de Messi. D'autres doivent jouer plus
Conte sur les rumeurs sur la Juve: Je vais poursuivre celui qui a écrit cela, ainsi que le rédacteur en chef de ce journal
Obameyang sur la rupture de la fa Cup: C'est comme ça que nous faisons