France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

[] La régulation du colza peut être envisagée

« Les sommes de températures cumulées depuis le 20-25 août sont très au-dessus des normes de saison », rapporte Terres Inovia. Ainsi pour de nombreuses parcelles de colza, il est temps de statuer sur l’intérêt d’y apporter un régulateur de croissance. Ce dernier devra être appliqué entre les stades six et huit feuilles pour une efficacité maximale, « toujours obtenue en anticipant le phénomène d’élongation », précise l’institut. Au-delà, l’intervention a un effet très limité : « Sur des colzas déjà allongés, [elle] ne peut, au mieux, que freiner le développement végétatif et endurcir légèrement le colza », prévient-il.

Tenir compte de plusieurs facteurs

Seul le cumul de plusieurs facteurs de risque peut justifier une régulation automnale. La date d’atteinte du stade six feuilles constitue d’abord un bon repère. Globalement, s’il survient avant le 5 et jusqu’au 25 octobre selon les régions (voir la carte ci-dessous), le recours au régulateur est envisageable. La réflexion peut donc être engagée en prenant en compte la sensibilité variétale à ce phénomène, la densité, la réserve azotée et enfin l’état de croissance du colza.

Des outils à disposition

À noter que le niveau de sensibilité est signalé sur l’outil d’aide au choix variétal « my var » de Terres Inovia. « La génétique a permis des progrès sur ce sujet, que l’avancée des dates de semis pour se prémunir des dégâts d’altises a compensé », remarque Franck Duroueix, de l’institut.

« Une forte densité poussera, quant à elle, le colza à chercher la lumière plus loin » ajoute l’expert. Ainsi, un peuplement supérieur à 50 pieds/m² pour un écartement inférieur à 30 cm ou supérieur à 15 plantes par mètre linéaire augmentera également le risque d’élongation. Tout comme un sol riche en azote, avec un reliquat postrécolte du précédent supérieur à 100 unités, ou si des apports organiques sont régulièrement effectués.

Enfin, un « gros » colza, « vigoureux et poussant, avec port en rosette, pivot bien développé et feuilles les plus développées très longues, supérieures à 20 cm entre la base du pétiole et le bord du limbe », constitue lui aussi un signal d’alarme, note Terres Inovia.

Pour prendre sa décision, l’institut met à disposition gratuitement son outil « régulateur automne colza » qui englobe tous ces critères. La régulation est notamment conseillée lorsque tous les facteurs de risque sont réunis. Dans le cas contraire, elle n’est pas systématique.

Trois spécialités sont homologuées : Caryx, Sunorg pro et autres génériques et Magnello, dont la dose peut être adaptée au niveau de risque. Attention, leur mélange avec d’autres produits phytosanitaires n’est pas toujours autorisé. L’outil d’Arvalis « Mélanges de produits phytosanitaires » permet de s'en assurer. L’association de régulateurs et de Mozzar/Belkar est notamment déconseillée, signale Terres Inovia. Tout comme l’application de Balmora/Abnakis plus tard en cours de cycle, quel que soit l’usage.

Raphaëlle Borget