France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

La Syrie, un troisième front, plus discret

Depuis le 7 octobre, l’armée israélienne a mené plusieurs attaques en Syrie, où les factions palestiniennes et les milices pro-Iran sont actives. De son côté, Bachar El-Assad fait profil bas, sans doute sous la pression de certains pays arabes et par crainte d’un embrasement régional.

Des Syriens manifestant leur solidarité avec les Palestiniens de Gaza, dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, près de Damas, le 20 octobre 2023.
Des Syriens manifestant leur solidarité avec les Palestiniens de Gaza, dans le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, près de Damas, le 20 octobre 2023. PHOTO FIRAS MAKDESI/REUTERS

Depuis l’attaque du Hamas sur le sol israélien, le 7 octobre, les projecteurs sont braqués sur la bande de Gaza, ainsi que sur la zone frontalière entre Israël et le Liban. Mais l’aviation militaire israélienne est également mobilisée sur un troisième front, l’un de ceux qui font craindre une régionalisation du conflit.

Mercredi 25 octobre, des frappes ont ainsi été menées dans le sud de la Syrie sur plusieurs positions militaires de l’armée syrienne dans la province de Deraa, plus précisément dans la zone stratégique de la partie du Golan syrien occupée par Israël depuis 1967, tuant au moins huit soldats, rapporte le quotidien Al-Watan, proche du régime de Bachar El-Assad.

Et ce en réponse à des tirs en direction d’Israël effectués quelques heures plus tôt, que l’Observatoire syrien des

Nos services