France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

« La ville peut fragiliser notre santé mentale »

Etudes à l’appui, la neuroscientifique Emma Vilarem, cofondatrice de l’agence [S]CITY, confirme que vivre dans un espace densément peuplé peut s’avérer pathogène.

Article réservé aux abonnés

En créant avec trois associés [S]CITY, Emma Vilarem, docteure en neurosciences cognitives, spécialiste des interactions sociales, est partie du constat que la ville pouvait nuire à la santé mentale. Son agence sonde, depuis 2019, les besoins émotionnels, cognitifs et sociaux des citadins afin de mieux prendre en compte le bien-être dans les aménagements urbains.

La vie urbaine menace-t-elle notre santé mentale ?

Vivre en ville présente de nombreux avantages pour l’individu : accessibilité des services de santé, réseau de transport dense, loisirs et activités culturelles à proximité… Mais, a contrario, la ville peut aussi fragiliser notre santé mentale. Les auteurs d’une étude pionnière, réalisée à Chicago entre 1922 et 1934, indiquent que les taux d’incidence des maladies mentales, notamment la schizophrénie, diminuent fortement entre le centre-ville et la périphérie urbaine.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés

Loin d’être une spécificité de l’organisation spatiale des villes étatsuniennes, une étude suédoise, menée en 1992, trouvait une corrélation entre la densité du milieu urbain et la schizophrénie. Et des travaux de 2014 recensent, en Europe, deux fois plus d’états dépressifs en ville qu’à la campagne, d’après la consommation d’antidépresseurs. Les ruraux ont peut-être moins accès aux soins et corrélation ne signifie pas lien de cause à effet. Ces chiffres soulèvent plutôt la question des nombreux mécanismes qui pèsent sur la santé mentale en ville : isolation sociale, pollution sonore et visuelle, stress lié à l’agitation urbaine, manque d’espaces verts…

Connaît-on l’impact de ces mécanismes sur notre cerveau ?

Dans un espace urbanisé densément peuplé, notre cerveau est la cible d’un grand nombre de stimulations sensorielles (bruit, images, foule, etc.) qui affectent négativement l’humeur, le sommeil ou encore la concentration. Mais il peut aussi être privé de stimulations sociales pourtant essentielles à son fonctionnement : c’est le paradoxe de la solitude dans les grandes villes. Ainsi, une étude de 2021 réalisée au Royaume-Uni indique que le sentiment de solitude augmente avec la densité de population et qu’il diminue lorsque les gens se sentent inclus socialement et aussi s’ils sont au contact de la nature.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés

« Deux études montrent qu’après une heure et demie de marche dans un parc, les participants obtiennent de meilleurs résultats à des tests cognitifs »

Les espaces verts ont d’autres effets bénéfiques sur notre cerveau. Deux études ont respectivement montré qu’après une heure et demie de marche dans un parc, les participants obtiennent de meilleurs résultats à des tests cognitifs et ruminent moins qu’après le même temps de marche en ville. Enfin, installer des espaces verts sur des friches diminuerait la violence et le stress des habitants. Il est donc crucial de concevoir des lieux connectés à la nature dans tous les quartiers.

Il vous reste 42.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes
  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

Lecture restreinte

Votre abonnement n’autorise pas la lecture de cet article

Pour plus d’informations, merci de contacter notre service commercial.