France

Le jour où l'ex-président Giscard est retourné sur les bancs de l'Assemblée

Valéry Giscard d'Estaing avec François Bayrou

Valéry Giscard d'Estaing avec François Bayrou - Joël SAGET

Valéry Giscard d'Estaing reste à ce jour le seul président de la République à s'être représenté devant les électeurs français après son départ de l'Elysée.

Jeune président, jeune retraité. Quand il quitte l'Elysée, Valéry Giscard d'Estaing, mort à 94 ans des suites du Covid-19, n'a que 55 ans. Un âge bien vert pour un adieu à la vie politique, pour celui qui se serait bien vu enchaîner avec un deuxième mandat en 1981.

Pendant quelques années, l'ancien locataire de l'Elysée va se tenir en retrait des mandats nationaux, ne concédant à la politique qu'un engagement local mû par ses attaches auvergnates. Mais en 1984, l'appel est trop fort: l'ancien président replonge et se présente à la législative partielle de la 2e circonscription du Puy-de-Dôme.

Une candidature présidentielle pour un triomphe royal: avec 63%, l'ancien chef de l'Etat remporte le suffrage de près de 2 électeurs puydomois sur 3 et valide son billet-retour vers les bancs de l'Assemblée. Un retour qui reste unique à ce jour pour un ancien président français: aucun de ses homologues de la Ve République ne s'est à ce jour refrotté au suffrage universel direct.

Un retour agité

"Pour une belle bousculade, ce fut une belle bousculade." C'est avec ces mots que le journaliste Jean-Louis Andréani décrit le retour de l'ex-chef de l'Etat au Palais Bourbon dans les colonnes du Monde le 3 octobre 1984.

Sur les bancs feutrés de rouge de l'Assemblée nationale, Valéry Giscard d'Estaing reprend alors place au milieu de ses meilleurs ennemis. Et au premier rang d'entre eux siège fièrement celui qui suivra ses pas élyséens en 1995.

"Jacques Chirac, que ses activités n'amènent guère à fréquenter beaucoup le Palais-Bourbon, était là et resta de 16 heures à 16 h 16. Tout le monde y vit un hommage rendu à l'ancien président redevenu député", raconte encore Jean-Louis Andréani.

Dans l'hémicycle, Valéry Giscard d'Estaing retrouve son ex-Premier ministre Raymond Barre. Deux grands fauves aux griffes limées.

"Salle des quatre colonnes, une bonne centaine de photographes et de journalistes s'efforçaient de fixer l'image de ce couple de l'année, l'ex-président de la République et son ex-premier ministre, M. Raymond Barre, anciennes stars du pouvoir", raconte encore Jean-Louis Andréani.

L'homme du quinquennat

Valéry Giscard d'Estaing siègera cinq ans sur les bancs du Palais-Bourbon, enpochant une réélection attendue au passage, avant de leur préférer ceux de Strasbourg et de son parlement européen. L'ancien président de la République fera toutefois son retour dans l'hémicycle français en 1993.

En 2000, l'ex-chef de l'Etat remonte au créneau et porte avec sa voix et sa plume la projet de loi de réforme des institutions instaurant le quinquennat. Valéry Giscard d'Estaing sait qu'il trouvera en le Premier ministre Lionel Jospin un allié de circonstance, lui qui avait fait de ce raccourcissement du mandat présidentiel un argument de campagne lors de l'élection de 1995.

Ce mercredi soir, à l'annonce de son décès, l'Assemblée nationale lui a rendu hommage en observant une minute de silence.

Football news:

Miranchuk a plus de buts que les matches de départ à l'Atalante. Nous expliquons comment lui et Gasperini s'habituent
L'ex-défenseur de Liverpool Flanagan est proche de passer à la Jagiellonia polonaise
Rogers sur 2-0 avec Southampton: ils Auraient dû marquer plus. Leicester va 2e en premier
Le Real Madrid pourrait appeler le meilleur buteur de Castilla Hugo Duro en raison du départ de Jovic
Covid chez Ruiz. Havbek ne jouera pas pour Napoli contre la Juve en Supercoupe d'Italie
Lampard à propos de Hudson-Odoi: Callum est en pleine forme et est sûr d'avoir du temps de jeu
Agent: cheryshev ne va pas quitter Valence. L'entraîneur lui fait confiance