France

Les plantes d’intérieur ne purifient pas l’air de votre appartement

Il suffit d'aller sur l'internet pour trouver des listes de plantes vertes qui assainiront en deux temps trois mouvements l’air de votre appartement. Si les vertus purificatrices des plantes sont indéniables -elles captent les polluants atmosphériques via leurs stomates-, il semblerait qu’elles soient largement exagérées en ce qui concerne nos logements.

L’idée de nettoyer l’air d’intérieur par des plantes vertes trouve son origine dans des recherches scientifiques effectuées par la Nasa dans les années 1980, qui voulait les utiliser pour purifier les stations spatiales. L’agence américaine avait constaté une amélioration significative de la qualité de l'air de petites chambres contaminées par des composés organiques volatils (COV) et où avaient été installées des plantes. Dès lors, le postulat qu’une plante peut également purifier un logement tout entier s’est rapidement répandu.

Pourtant, bien que cette étude vieille de trois décennies soit tout à fait sérieuse, les conditions dans lesquelles elle a été réalisée en laboratoire sont bien loin de la réalité des appartements modernes, explique le célèbre botaniste James Wong dans un article de New Scientist.

D’un côté, l’étude a analysé la diminution de seulement trois composés organiques volatils, alors que l'atmosphère d’un appartement peut en contenir des centaines d’autres -sans parler du niveau de dioxyde de carbone et de poussière. De l’autre, et c’est là ou le bât blesse, l’expérience a été effectuée dans de minuscules chambres scellées, et non pas dans des appartements à taille humaine.

Entre 10 et 1.000 plantes par m2

Adapter cette expérience à l’échelle d’un logement montre l’envers du décor de la purification de l’air en intérieur par les plantes. Selon le média scientifique, qui s’appuie notamment sur une dizaine d’études plus récentes, il faudrait avoir entre 10 et 1.000 plantes par mètre carré de surface au sol pour éliminer les COV au même rythme qu’ils se déplacent.

Le botaniste James Wong s’est amusé à faire un petit calcul: il aurait besoin de près de 5.000 plantes pour assainir l’air de son appartement de 50m2. De quoi transformer son logement en une magnifique forêt urbaine où il serait tout de même difficile de vivre.

Par ailleurs, une récente étude menée par Phyt'air, un programme français de recherche sur la faisabilité de l'épuration de l'air à l'intérieur des bâtiments par des plantes, a fait tomber un autre mythe: ce n'est pas la plante elle-même qui capte le plus de polluants, mais son support, autrement dit, la terre et ses micro-organismes.

Pour autant, avoir chez soi des plantes aurait de nombreux autres avantages. Elles participent, entre autres, au bien-être quotidien, elles apaisent et embellissent les pièces. Mais elles ne purifient pas efficacement l’air.

Football news:

Pirlo ou Simone Inzaghi pourraient diriger la Juventus
Soeur Ronaldo: Vous ne pouvez pas tout faire seul. Tu es toujours le meilleur
La Juve pourrait congédier le directeur sportif de Paratichy à la suite de Sarri
La Juventus a limogé Sarri (Nicolo Skira)
Messi dort sur un matelas anti-coronavirus. Des nanoparticules sont appliquées sur le tissu, détruisant le virus
Andrea Agnelli: Ronaldo restera à la Juventus. Il est le pilier du Club
Mbappé est entré dans le gendre du PSG pour le match contre l'Atalanta en Ligue des Champions