France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Les professionnels de l'hôtellerie s'insurgent contre la hausse de la taxe de séjour en Ile-de-France

Les professionnels de l'hôtellerie s'insurgent contre la forte hausse annoncée de la taxe de séjour concernant les nuits d'hôtel en Ile-de-France pour financer les transports publics, qui va selon eux pénaliser leur compétitivité.

« Avec 200% d'augmentation de la taxe de séjour prévue en 2024, Paris et la région Ile-de-France décrochent déjà la médaille d'or de la fiscalité! » avant même l'ouverture des Jeux olympiques, écrivent l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) et le Groupement national des chaînes hôtelières (GNC), dans un communiqué publié vendredi.

« Si cette annonce devait se concrétiser dans le projet de loi de finances 2024, Paris deviendrait de loin la capitale la plus lourdement taxée en Europe devant Rome, Bruxelles, Berlin, Athènes, Madrid et Londres », dénoncent les deux organisations.

Ils font référence à une clause de l'accord passé mardi entre la présidence d'Ile-de-France Mobilités (IDFM), Valérie Pécresse, et le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune, qui prévoit « la création au 1er janvier 2024 d'une taxe additionnelle à la taxe de séjour (...) perçue dans la région Ile-de-France et affectée à Ile-de-France Mobilités, avec un taux plafond de 200% », c'est-à-dire un possible - et probable - triplement. La taxe de séjour à Paris varie actuellement de 0,25 euro pour les campings modestes à 5 euro pour les palaces, par nuit et par personne.

« "Prise sans concertation avec les représentants de l'hôtellerie-restauration, cette mesure pénaliserait durablement la compétitivité de la destination sur le tourisme d'affaires et de loisirs de la première région touristique de France », ajoutent-elles.

La présidente de l'Umih hôtellerie française Véronique Siegel évoque « un matraquage fiscal qui va durablement impacter la compétitivité de nos entreprises ». « D'autres pistes de financement existent, par exemple en mettant à contribution les logements et les bureaux vacants », suggèrent l'Umih et le GNC.

« La nouvelle hausse de la taxe de séjour vient franchement mettre à mal la compétitivité de l'hôtellerie parisienne et francilienne en faisant notamment de Paris l'une des villes avec la taxe de séjour la plus élevée dans le monde », renchérit le Groupement des hôtelleries et restaurations de France (GHR). « La hausse du versement de transport vient encore augmenter le coût du travail alors que nous consacrons déjà dans les hôtels, cafés, restaurants plus de 40% du chiffre d'affaires à la masse salariale », ajoutent ses présidents au niveau national et pour l'Ile-de-France, Didier Chenet et Pascal Mousset.

Avec AFP