France

Les suppressions d'emplois liées à un PSE ont doublé par rapport à l'année dernière

Depuis début mars, 62.053 ruptures de contrats de travail liées à un PSE ont été enregistrées, «soit plus du double par rapport à la même période en 2019», selon la Dares.

Dans le détail, 62.053 ruptures de contrats de travail liées à un PSE ont été enregistrées depuis début mars.
Dans le détail, 62.053 ruptures de contrats de travail liées à un PSE ont été enregistrées depuis début mars. Eric Gaillard / REUTERS

Les conséquences économiques du coronavirus ne cessent de croître au fil des mois. Alors que les chiffres du chômage connaissent une baisse en trompe-l’œil, la Dares révèle , dans un document publié ce jeudi, que le nombre d'emplois supprimés liés à un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) continue d'augmenter.

Dans le détail, 62.053 ruptures de contrats de travail liées à un PSE ont été enregistrées depuis début mars, «soit plus du double par rapport à la même période en 2019», où 25.500 ruptures avaient été comptabilisées. En outre, le nombre hebdomadaire de ruptures de contrats de travail envisagées s'établissait, la troisième semaine d'octobre, à 2874, contre 1256 la semaine précédente et plus de 4000 chaque semaine fin septembre et début octobre. Ce nombre reste donc élevé, mais baisse légèrement par rapport à la rentrée. Le nombre hebdomadaire de PSE commencés, quant à lui, s'établissait, mi-octobre, à 20 par semaine, contre une moyenne de 34 entre septembre et octobre.

Lors du dernier pointage, mi-septembre, la ministre du Travail, Élisabeth Borne, avait souligné que 345 PSE avaient été annoncés depuis mars, contre 231 sur la même période en 2019. «Cela représente 50.000 emplois», avait-elle précisé à l'époque. Désormais, le nombre de PSE initiés atteint 567, «affectant 2500 établissements en France».

La Dares revient aussi sur la nature de ces PSE : «ces ruptures de contrats associées à un PSE sont plus nombreuses parmi les entreprises les plus grandes», et deux secteurs prévoient, de loin, le plus de ruptures : l'industrie manufacturière, d'une part, et le commerce et la réparation automobile d'autre part. Combinées, ces deux filières concentrent près des deux tiers des ruptures envisagées. D'un point de vue géographique, l'Île-de-France concentre près de la moitié (47%) des ruptures de contrats de travail, suivie, sur le podium, par l'Occitanie (12%) et les Hauts-de-France (10%).

Football news:

Klopp à propos du match du gardien Kelleher contre l'Ajax: Top, top, top, top
Manchester United, Tottenham et Chelsea sont intéressés par le défenseur de Brighton White
Red Bull a déchiré la locomotive avec une variété parfaite d'attaques. Le Loco battu ne savait pas quoi faire
La Supercoupe d'Espagne ne peut pas avoir lieu en Arabie saoudite, mais en Espagne
Les buts de zobnin, kuzyaev et Skopintsev se qualifient pour le meilleur but de novembre
Romelu Lukaku: un an et Demi à l'inter est le meilleur de ma carrière
Bulykin sur les chances de Loko d'accéder aux playoffs Europa League: Il sera très difficile de faire quoi que ce soit