France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Malgré les risques, les voix éthiopiennes contre la guerre du Tigré se font entendre

Pacifisme.

Depuis la reprise des hostilités entre le gouvernement fédéral et les rebelles du Tigré, fin août, plusieurs organisations issues de la société civile ont publiquement appelé à mettre un terme au conflit, raconte le magazine panafricain “The Continent”. Mais le pouvoir continue à étouffer toute contestation.

Un char abandonné à Dansa, dans le sud-est du Tigré, en Éthiopie, en juin 2021.
Un char abandonné à Dansa, dans le sud-est du Tigré, en Éthiopie, en juin 2021. PHOTO YASUYOSHI CHIBA/AFP

L’Éthiopie est fatiguée de la guerre. Après des mois de cessez-le-feu, les hostilités ont repris, fin août, entre le gouvernement fédéral éthiopien et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), dans le nord du pays. Mais près de deux ans après le début du conflit, en novembre 2020, et malgré les risques encourus, “les voix qui appellent à la paix font de plus en plus de bruit” à l’intérieur d’un pays largement verrouillé, rapporte le magazine panafricain The Continent.

“Les gens sont fatigués d’entendre parler de morts et de réfugiés”, confie un habitant de la capitale, Addis-Abeba, à l’hebdomadaire. Après avoir soutenu l’effort de guerre, il estime désormais avoir été “trompé”. “Trop de femmes et d’innocents sont morts”, dit-il. Plus significatif, le 8 septembre, plusieurs centaines de femmes sont descendues dans les rues d’Addis-Abeba pour demander la fin des hostilités et des violences envers les femmes, massivement victimes de viols depuis le début du conflit.

“Flot de propagande de guerre”

Une manifestation “rare” dans un

Sur le même sujet

Nos services