France

Manifestation samedi à Paris: le photographe syrien blessé témoigne

Ameer al-Halbi, photographe syrien travaillant pour l'AFP, a été blessé au visage samedi alors qu'il couvrait la "marche des libertés" à Paris. Il a accepté de dire quelques mots devant nos caméras ce dimanche.

Le photographe syrien Ameer al-Halbi, collaborateur de l'AFP, a été blessé au visage alors qu'il couvrait la manifestation parisienne contre l'article 24 de la loi sur la sécurité globale et en faveur des libertés publiques samedi. Ce dimanche, devant nos caméras, il a raconté les circonstances des violences qu'il a subies. " J’ai fait une photo de policier qui frappe quelqu’un qui était par terre. 20, 30 secondes plus tard, c’était moi", a-t-il introduit.

Une enquête administrative a été ouverte

"J’ai pris des coups de matraque sur le visage, je suis tombé. J’étais par terre avec tous les manifestants qui marchaient vers moi. C’était horrible", a-t-il complété. L'AFP a demandé une enquête. Selon nos informations, la prefecture de police a ouvert une enquête administrative interne pour connaitre les circonstances de la blessure et donc savoir si les forces de l'ordre étaient impliquées.

D'après les pompiers qui l'ont examiné, Ameer al-Halbi souffre d'une fracture du nez, et présente une plaie à l'arcade et aux lèvres.

Football news:

Pep Guardiola: Presque sûr que Garcia quittera Man City à la fin de la saison
Le président de l'Atletico: Suarez a toujours été le meilleur avant - centre d'Europe
Mourinho à propos de Bale: le temps de Jeu n'est pas donné, il faut le mériter
Encore récemment, Leo a posé avec Bartomeu et a accueilli des millions, mais Barcelone est tombé en panne. Pourquoi ?
West Ham a offert 33 millions d'euros pour Al-Nassiriya. Le FC Séville a refusé à West Ham d'acquérir en janvier l'attaquant de Séville Youssef Al-Nesiri
Gattuso sur 1-3 avec Vérone: on ne peut pas jouer comme ça si Napoli veut revenir en Ligue des Champions
Sobolev à propos de Tedesco au Spartak: peut-être que nous allons bien terminer la saison et qu'il voudra rester