France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Médecine : les internes devront-ils faire une année de plus pour lutter contre les déserts médicaux ?

Vers une dixième année d'étude et une quatrième année d'internat pour les futurs médecins généralistes ? 

Le gouvernement veut prolonger l’internat des étudiants en médecine générale au bénéfice des territoires en manque de praticiens. Ce serait, selon une information de nos confrères du Journal du dimanche confirmée par Franceinfo, l’une des mesures phares du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2023, qui sera présenté lundi en conseil des ministres. La durée de l’internat dans cette spécialité de médecine passerait donc de trois à quatre ans, ce qui fera un total de dix ans d’étude.

Au cours de cette année supplémentaire, les étudiants exerceraient hors de l’hôpital sous la houlette d’un maître de stage. L’idée serait de les inciter à passer cette période dans les zones les moins bien dotés en médecins, c’est-à-dire dans les campagnes mais également dans certains centres-villes et banlieues.

"Une injustice"

Au micro de Franceinfo, le ministre de la Santé François Braun a précisé que "dans les zones les plus difficiles que sont les déserts médicaux, on ne va pas envoyer les jeunes recrues qui sont entre guillemets, pas du tout formés au combat".

Le gouvernement compterait leur faciliter la vie en leur proposant un logement sur place afin de les inciter à rester dans ces zones à l’issue de leur cursus. Les étudiants rentrant actuellement en troisième et, pour l’heure, dernière année d’internat ne devraient pas être concernés, à moins d’être volontaires. Celle-ci devrait toucher les néointernes à la rentrée de l’automne 2024 et pourrait donc ne pas entrer pleinement en vigueur avant fin 2027.

Des voix s’élèvent déjà pour dénoncer ce qui ressemblerait à une réquisition. "Cette 4e année, on la vit comme une injustice", a réagi Raphaël Presneau, président de l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale sur Franceinfo ce samedi.

"Si on veut faire une dixième année de formation, il faut qu’elle soit formatrice. Nous envoyer uniquement dans les zones sous-denses, c’est nous envoyer dans des endroits où, par définition, nous n’avons pas de formateurs. Cette 4e année est donc là pour décider uniquement de là où on va travailler et d’en faire une coercition déguisée."