Décidément, impossible d’échapper au Brexit. Tous les prétextes sont bons pour sortir du chapeau une métaphore liée à la sortie de l’Union européenne. Y compris le psychodrame qui secoue la famille royale depuis le 8 janvier et l’annonce de la prise de distance d’Harry et Meghan vis-à-vis de la Couronne. “Aura-t-on le droit à un Megxit dur ou à un Megxit doux ?”, s’interroge ainsi le quotidien The Times, à quelques heures d’un sommet familial “extraordinaire”.

Lundi 13 janvier, la reine Elisabeth II reçoit le prince Charles, le prince William et le prince Harry au château de Sandringham, dans l’Est de l’Angleterre. L’objet de cette réunion de crise : trouver un compromis. Et déterminer “un futur pour Harry et son épouse Meghan qui convienne à tout le monde”, informe le quotidien londonien.

Risque de conflits d’intérêts

Dans leur communiqué publié le 8 janvier, le couple princier a évoqué son intention de prendre du recul tout en continuant à servir la reine en cas de besoin.

[...]