France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Mort de Richard Roundtree, « premier héros noir de film d’action »

Je m'abonne 3 mois pour 1€ | Sans engagement
L’acteur américain Richard Roundtree, connu pour son rôle de détective privé dans « Shaft » (1971) et icône de la Blaxploitation, est mort ce mardi 24 octobre. (ANGELA WEISS / AFP)

Propulsé sur le devant de la scène par le film « Shaft », Richard Roundtree est mort à l’âge de 81 ans à la suite d’un cancer du pancréas.

Par L'Obs

· Publié le 25 octobre 2023 à 10h28 · Mis à jour le 25 octobre 2023 à 11h27

Temps de lecture 1 min

Le « James Bond black » et star d’Hollywood Richard Roundtree s’en est allé. Considéré comme le « premier héros noir de film d’action », pour son rôle de 1971 dans « Shaft », l’acteur est mort mardi 24 octobre à 81 ans, « après un bref combat contre un cancer du pancréas », a indiqué le site spécialisé « Deadline ».

Le comédien avait marqué, par son statut, « un tournant pour les hommes afro-américains dans les films », selon un communiqué de son agent Patrick McMinn relayé par « Variety », saluant « l’impact incontestable » d’une carrière. L’acteur afro-américain Samuel L. Jackson a réagi sur ses réseaux sociaux pour honorer « le prototype », et lui témoigner toute son admiration.

La suite après la publicité

Fondateur de la « Blaxploitation »

Plus de cinquante ans après, Richard Roundtree apparaissait toujours à l’écran, notamment dans la série « Cherish the Day », et la comédie « Moving On » en 2022. Mais c’est le film « Shaft », considéré comme un film culte et fondateur de la « Blaxpoitation » qui a propulsé le comédien à Hollywood. Ce genre des années 1970 a été parfois salué pour avoir revalorisé l’image des Afro-Américains aux Etats-Unis tandis que ses détracteurs affirment qu’il ne faisait que renforcer certains stéréotypes. « Je le voyais comme une lame à double tranchant », avait déclaré Richard Roundtree à propos de « Shaft » à la radio NPR en 2019.

Les machos du cinéma : Richard Roundtree, le James Bond black

« Mais tellement de gens, de partout dans le pays, et à travers le monde même, sont venus me voir et m’ont dit ce qu’a représenté ce film pour eux en 1971 », a-t-il ajouté. « Le revers de la médaille fut que j’ai été catalogué pendant quelque temps, et puis j’ai cravaché pour établir un côté différent à la manière dont je joue », a témoigné l’acteur.