France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Natation : Aux Mondiaux de Budapest, une équipe de France sort la tête de l'eau

La natation bleue raconte encore une fois une histoire merveilleuse. Un petit prince entreprenant, à seulement 20 ans, un chevalier fringant est à peine grand, et quelques serviteurs émergent ou tenaces. Cela ne s'est pas produit depuis longtemps. Environ 10 ans. Cette page semble avoir traversé une période sombre entourée de désillusions et de paiements internes aux Jeux de Rio 2016, et de la malheureuse moisson des JO de Tokyo l'an dernier (une médaille d'argent à Floran Manado).

Des résultats prometteurs

Avec huit médailles dont deux d'or, les Bleus 2022 ont terminé le championnat du monde dans le bassin de Budapest, samedi 25 juin, juste derrière le vainqueur de 2013. Classés en (4 médailles d'or dont 9 médailles). Cependant, avec un total de 19 finales, dont 16 individuelles, il était comparable au record du monde de 2011 à Shanghai.

"Je peux vous en féliciter, mais il y a de bonnes raisons de le garder.Commente Denis Augustin, chef de l'équipe de Bruce. D'abord, ces championnats n'affichent qu'un niveau relativement modeste, parce que beaucoup de nageurs étaient absents dans les années post-olympiques, et parce qu'on gagne parfois des médailles du ciel, la course c'est toujours moi. Pencher à droite pour nous. Ça arrive toujours. Alors plus que des médailles, je retiens surtout la capacité des nageurs à aller vite quand ça compte, leurs progrès et leurs aspirations. C'est vraiment encourageant. »

Les stars naissent

Cette dynamique est déclenchée par Léon Marchand, qui a sauté pour deux fois en tête avec quatre coups de 400 mètres et 200 mètres. Le plus titré de l'histoire olympique. C'est un bon chiffre pour Toulousen, qui s'est absenté pendant 10 mois pour parfaire sa nouvelle excellence aux États-Unis, en compagnie du champion Bob Bowman, le mentor du géant Michael Phelps (cours 2004). 23 médailles d'or) et 2016). L'homme est décidément de bon conseil, notamment lorsqu'il s'agit de gérer des courses à répétition. Leon Marchand a également décroché une médaille d'argent avec un 200 m papillon. La Fédération Internationale du coup lui a donné le monde. Décerné le titre de meilleur nageur.

Nul doute qu'une star naîtra, mais elle n'est pas la seule dans le ciel bleu. A 23 ans, au pied du Podium du 100 m libre à Tokyo. Un Maxim Gourse remporte cette fois la médaille d'argent avant de décrocher la bénédiction du 50 m libre. La troisième nageuse sur 50 m, la jeune Analia Pigre (20 ans), confirme également qu'il faut envisager une nouvelle génération. Mais c'est pas tous.

Marie Wattell (25 ans), vice-championne du monde du 100 m papillon, surtout Melanie Nick (29 ans), premier podium mondial en 2011 (Argent du 50 m papillon 11 ans après (Bronze)),"Prouvez que le groupe réel a été formé. C'est un groupequi bénéficie de l'énergie des jeunes et de l'expérience des cadres, souligne Denis Augustin. Même Florent Manaudou, s'il n'a pas brillé lors de la transition cette année,(battu en demi-finale, ndlr),a joué pleinement le rôle de capitaine. "

Compléter encore le relais

Accélérer la dynamique engagée est clairement un objectif pour les mois à venir,Paris 2024 Gamesest déjà visible dans tous les esprits Ces Mondiaux examinent le travail accompli par l'ingénieur néerlandais Jacco Verhelen, qui a été nommé directeur de l'équipe de France l'été dernier."Je sais que la base est saine et la qualité est là, mais je suis sûr que vous" va être euphorique", prévient Julian Isurier, directeur technique national de la Fédération française. A faire. Bien que 80% de l'équipe soit présente, les jeunes talents peuvent tout de même y participer. Il faut notamment augmenter la densité de vos relais pour ne pas faire la meilleure nage à chaque course. Vous apprendrez également à mieux gérer votre ensemble d'événements. »

Le calendrier international, constamment confus depuis la pandémie, ne facilite pas les choses. En août, les Championnats d'Europe approchent déjà à Rome. Puis, en juillet 2023, le mondial de Fukuoka (Japon) sera reporté d'un an, et le prochain mondial du Qatar sera reporté début 2024, c'est-à-dire avant le tournoi. "Ce n'est pas le plus important pour nous, sauf à qualifier nos relais, annonce Julien Issoulié.La gestion pour les deux prochaines saisons reste un vrai challenge. , Tout le monde dans l'équipe en est conscient. Les choses nager beaucoup plus vite à Paris et ce que nous avons fait là-bas n'est que le début. »

----- ---

Contribution de l'expert néerlandais Jacco Verhaeren

Fréquente en natation française, la direction de l'équipe de France est une excellence de longue date de la natation australienne. Commandée par l'expert néerlandais Jacco Verhelen (53 ans), artisan, en juin 2021. " Il a une vision très neutre et très pratique de la natation française. Et ça apporte de la tranquillité à la décision", explique DTN Julien Issoulié. Il a évalué notre système et nous a assuré que nous n'avions pas à nous sentir sous le pays phare. Cela vous permet de conserver certains paramètres et de vous concentrer sur des choses qui n'ont pas encore été améliorées. Le travail d'équipe en particulier doit faire face à la pression croissante jusqu'aux Jeux de Paris. »