logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

Nathalie Stubler, PDG de Transavia : "Cinq capitales pour Montpellier"

Nathalie Stubler, présidente directrice générale de la compagnie Transavia, s’exprime sur l’intérêt porté à la plateforme aéroportuaire Montpellier Méditerranée.

Transavia est officiellement sur Montpellier. Quel est votre sentiment ?

Un sentiment extrêmement positif, je trouve, par l’accueil que l’on a reçu ici. Aussi bien par les Montpelliérains que par les acteurs économiques de la région. Notamment à la soirée Occinov organisée par Midi Libre, vraiment c’est très positif. Nous pensons que cette ouverture de base va très bien se passer.

Qu’est-ce qui a fait la différence en faveur de Montpellier ?

Nous avions d’autres candidats c’est vrai et nous aurions pu aussi augmenter nos offres sur nos bases existantes. Ce n’est pas le choix que nous avons fait. Montpellier a beaucoup d’atouts avec une zone de 2 millions d’habitants à 60 minutes de l’aéroport. Une région dynamique en terme d’afflux d’habitants et en nombre de créations d’entreprises notamment des start-up. Enfin une zone peu desservie dans l’aérien. On a voulu prendre une position de première low cost basée à Montpellier.

Ryanair absent de Montpellier : est-ce que ça a pesé ?

Je ne nommerai pas ainsi les choses. Ce que nous disons c’est que Montpellier est sous desservi.

Rome, une exclusivité pour Montpellier

Que pouvez vous dire sur ces 14 nouvelles destinations ?

D’abord on va en annoncer d’autres. Il y aura en tout une vingtaine de lignes au total. On a donc dévoilé 14 destinations plus celle de Rotterdam qui était une ancienne ligne opérée par Transavia Pays-Bas. Pour cette première vague nous annonçons nos pays que nous desservons sur nos bases comme l’Italie, la Grèce, le Portugal ou l’Espagne. Nous allons retrouver aussi des capitales européennes comme Rome (il n’y aura que Montpellier qui aura cette destination), Madrid, Lisbonne Athènes... Ce sont des destinations très demandées par les études clients de Montpellier. Nous avons des villes classiques comme Marrakech ou Djerba. Et puis Palerme jumelée avec Montpellier.

Et la deuxième vague ?

Ce n’est pas que l’on veuille cacher des informations. La seconde vague viendra avec la levée des droits de trafic sur d’autres lignes. En fonction, on désignera de nouvelles lignes ou même on pourra augmenter les fréquences. Nous verrons bien.

Ce sera pour quand ?

Ce sera plutôt début 2020. Parce qu’ensuite il faut vendre les vols. Notre programme va ainsi monter en puissance pour une mise en régime à plein disons au mois de juin.

Que pouvez nous dire sur la tarification ?

Nous allons avoir des prix à partir de 29 euros comme Palma jusqu’à 70 euros pour Héraklion. Début des vols le 2 avril. En conclusion, je dirai que notre cœur a penché pour Montpellier. Notre projet c’est celui de Montpellier. C’est toujours mieux lorsque l’on a choisi. C’est ce que nous avons fait avec les responsables de l’aéroport. Nous sommes très enthousiastes, notamment tous les équipages qui ont hâte de découvrir Montpellier. Propos recueillis par Yann Marec

Themes
ICO