France

Origine de la viande : pas assez de transparence

Depuis 2015, l’indication des pays d’élevage et d’abattage des animaux est obligatoire sur la quasi-totalité des viandes. Or une enquête de la Répression des fraudes révèle qu’un tiers des produits présente des défauts de traçabilité.

La DGCCRF (Répression des fraudes) a effectué près de 2 000 contrôles en 2018 dans des grandes et moyennes surfaces, boucheries, abattoirs et autres établissements vendant de la viande. Les résultats publiés par l’UFC Que-Choisir révèlent qu’un tiers d’entre eux présentent des anomalies, parmi lesquelles des cas de « francisation » – c’est-à-dire faire croire que les produits sont d’origine française –, des allégations relatives aux races, des messages quant à l’origine régionale des animaux et des signes de qualité utilisés de manière abusive.

Les infractions diffèrent selon le type d’établissement. Ainsi, dans les rayons boucherie des grandes surfaces et les boucheries traditionnelles, les enquêteurs ont constaté l’absence fréquente de la mention d’origine. En revanche, du côté des rayons « libre-service », l’origine est bien indiquée, mais « des affiches publicitaires approximatives, voire trompeuses », y ont souvent été aperçues d’après la DGCCRF.

Manque de formation du personnel

Au total, 40 % des établissements contrôlés ont été épinglés, avec 951 avertissements, 214 suites administratives 164 procès-verbaux administratifs ou pénaux établis sur l’ensemble de l’année 2018. Selon la Répression des fraudes, ces manquements sont dus principalement à une absence d’autocontrôles des procédures de traçabilité et une formation insuffisante du personnel. Et lorsqu’il y a des manquements, la traçabilité « ne permet plus d’assurer la loyauté de l’information fournie au consommateur, les caractéristiques alléguées n’étant pas garanties » précise-t-elle.

Elle appelle les profes-sionnels à « être conscients des enjeux liés à la mise en place de procédures de traçabilité fiables dans leurs établissements ». Elle constate par ailleurs que les bons élèves sont ceux ayant été préalablement contrôlés et invités à se mettre en conformité…

L’étiquetage doit être le premier réflexe. La viande propose-t-elle un signe officiel de qualité (gage de règles strictes et de contrôles) ? Pour les produits transformés, est-ce réellement le morceau de viande ou une émulsion fabriquée à partir de viande, de graisses, de bas morceaux, voire pire ? Selon le plat à réaliser, il est utile de se faire conseiller par un professionnel en rayon boucherie : inutile de prendre un faux-filet pour le pot-au-feu qui mijote deux heures. Un gâchis économique mais également gustatif ! La viande de bœuf demeure la plus chère, mais il est possible de se procurer de très bons morceaux de viande de poulet ou de porc à petits prix.

Bien choisir sa viande

Pour bien choisir la viande, il faut d’abord prêter attention à sa couleur qui doit être vive et brillante, hormis pour la viande maturée de plusieurs semaines que les connaisseurs apprécient. Quant au gras qui l’accompagne, il doit être blanc ou jaune. Quoi de mieux qu’une viande « bien persillée », comme l’entrecôte ? C’est le gras qui donne le goût. La viande doit également être tendre et lisse. Les textures collantes et spongieuses sont signe de mauvaise qualité. L’odeur peut aussi être révélatrice de la qualité. Pour s’assurer d’une viande de qualité à moindres frais, le plus sûr est de se fournir directement auprès d’un producteur local. En boucherie traditionnelle, les prix sont plus élevés mais la qualité est au rendez-vous et les artisans proposent régulièrement des promotions intéressantes.

À noter toutefois que les nutritionnistes recommandent de ne pas manger de viande plus de quatre fois par semaine et d’alterner avec d’autres sources de protéines comme l’œuf ou le poisson mais aussi les légumineuses, plus économiques mais aussi plus écologiques.

SOURCE Chambre de consommation d’Alsace et du Grand Est ; site internet : www.cca.asso.fr

Baisse de la consommation mondiale de viande

Pour la première fois depuis les années 1960, la consommation mondiale de viande diminue. En effet, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport cet été dans lequel elle estime que la production a baissé en 2019 et anticipe un nouveau déclin pour 2020 (qui devrait se situer autour de - 3 % par habitant). La plus forte baisse depuis 20 ans.

La principale cause serait l’effondrement de la production de viande de porc, en raison de la peste porcine africaine qui sévit dans les pays asiatiques. Une baisse que la hausse de la production de volaille ne parvient pas à compenser.

La pandémie du Covid-19 est également en cause, avec un arrêt des activités des abattoirs et des restaurants. La crise économique qui en découle incite également les ménages à freiner leurs dépenses. Or la viande demeure une denrée chère.

Enfin, les autorités sanitaires préconisent de réduire la consommation de viande, dont la production est particulièrement polluante. Dans un rapport intitulé “Élevage et changements climatiques” paru en 2016, la FAO indique que «  14,5 % des gaz à effet de serre (GES) d'origine anthropique (*) proviennent des filières de l'élevage ». À noter qu’en France métropolitaine, les émissions de GES du secteur agriculture/sylviculture ont diminué de 7,5 % entre 1990 et 2017 d’après un rapport du Citepa (Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique).

(*) dû à l'existence et à la présence d'humains

Football news:

Müller dispute son 545e match pour le Bayern. Plus que deux joueurs depuis 1965
Manuel Pellegrini: le Real a marqué 96 points et marqué 102 buts avec moi, bien que Ronaldo ait manqué 3 mois
La Juventus et Barcelone ont remporté les premiers matches du groupe. Qui va gagner à Turin?
Andrea Pirlo: Il faut attendre le test de Ronaldo. Je pense que nous saurons aujourd'hui s'il jouera
Danilo sur le match contre Barcelone: la Juventus est sur la bonne voie
Ozil a fourni à 1400 écoliers des repas gratuits en soutenant Rashford
Dimitri sennikov: le Lokomotiv aura l'occasion de marquer contre le Bayern. Sa défense n'est pas parfaite