France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Pénurie de places en lycée technologique: des élèves «oubliés» ou forcés de redoubler

Éducation

Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Wilhem aura attendu plus d’un mois pour faire sa rentrée dans une classe de 1re STMG (sciences et technologies du management et de la gestion), en vue d’un bac technologique. Alors que ses camarades ont repris les cours le 1er septembre, il a passé le mois chez lui, dans l’attente qu’une place se libère dans une classe. 

Newsletters

Découvrez les newsletters de Mediapart

Recevez directement l’info de votre choix : Quotidienne, Hebdo, Alerte, À l’air libre, Écologie, Enquête ...

Je découvre

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Chômage

Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs

La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.

par Cécile Hautefeuille

Santé — Analyse

En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales

Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.

par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet

Qatar : le Mondial de la honte — Enquête

Les nouvelles liaisons dangereuses de Sarkozy avec le Qatar

Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.

par Fabrice Arfi et Yann Philippin