France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Plus d’un chômeur sur quatre ne demande pas d’indemnisation

Entre 25 % et 42 % des demandeurs d’emploi ne demandent l’allocation-chômage à laquelle ils ont pourtant droit.
Entre 25 % et 42 % des demandeurs d’emploi ne demandent l’allocation-chômage à laquelle ils ont pourtant droit. (François Destoc/Le Télégramme)

Selon une étude du ministère du Travail, de 25 à 42 % des Français y ayant droit ne recourent pas à l’assurance chômage. Ce taux est comparable à celui observé pour d’autres prestations sociales, comme le RSA.

Entre 25 % et 42 % des demandeurs d’emploi ne demandent l’allocation-chômage à laquelle ils ont pourtant droit… C’est une étude de la Direction statistique du ministère du Travail, dévoilée par Les Échos, qui est arrivée à cette conclusion. Elle vient d’être transmise au Parlement, qui examine à partir de ce lundi un projet de réforme de l’assurance chômage.

« Selon le champ et les hypothèses retenus, l’estimation du taux de non-recours des personnes non inscrites à Pôle emploi dans l’année qui suit leur fin de contrat varie entre 25 % et 42 %, ce qui représente sur un an entre 390 000 et 690 000 personnes non-recourantes », indique l’étude. Ce taux est comparable à celui observé sur d’autres prestations sociales, comme le RSA.

La crainte d’être stigmatisé ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer que les chômeurs ne sollicitent pas l’allocation à laquelle ils ont droit. Cela peut être une méconnaissance des règles (donc un défaut d’information), mais aussi un arbitrage coûts/bénéfices défavorable, par crainte de stigmatisation ou par anticipation d’une sortie rapide du chômage.

Qui sont-ils ? Les salariés qui étaient en CDI sont plus nombreux à demander leur allocation que ceux en contrats temporaires, CDD ou intérim. Ce qui va de pair avec un autre facteur d’explication : les non-recourants ont travaillé moins longtemps que les autres, leurs droits potentiels sont donc plus réduits.