France

Plus vert et avec moins de voitures, découvrez les nouveaux Champs-Élysées

L’exposition «Champs-Élysées, histoire et perspectives» ouvre ses portes le 14 février au Pavillon de l’Arsenal, à Paris. Les visiteurs pourront y découvrir une Vision 2030 de la célèbre artère parisienne. Loin de se cantonner à l’architecture stricto sensu, cet exercice de prospective revendique une «approche de recherche transdisciplinaire», aux confins de l’urbanisme et de l’Histoire. Les mues des Champs au fil des siècles sont documentées par une myriade de supports visuels et d’archives - vidéos, photographies, cartes -, qui mettent en perspective la métamorphose à venir.

» LIRE AUSSI - Les Champs-Élysées cherchent leur place

Une avenue méconnaissable, largement dédiée aux piétons, et recouverte d’un revêtement clair. L’architecte et urbaniste Philippe Chiamberetta (PCA-Stream) a imaginé ce que pourraient être les Champs Élysées, délestés d’une grande partie des 64 000 véhicules qui l’empruntent chaque jour. Son projet englobe les 2,5 kilomètres courant entre la Place de la Concorde et celle de l’Étoile. Il suggère de piétonniser la Concorde, de réhabiliter les 15 hectares de jardins du bas des Champs et passer de quatre à deux voies sur l’avenue. Kiosques et arbres feraient leur apparition sur les trottoirs, qui se fondraient dans la chaussée.

» Les Champs des possibles: la «Vision 2030» des Champs-Élysées

Destiné à alimenter la réflexion, plus qu’à être appliqué tel quel, ce livre blanc a été commandé par le Comité des Champs Élysées. Ce dernier, qui rassemble les grandes enseignes de l’avenue, a identifié plusieurs maux dont souffre le quartier. Perçu comme touristique, cher, pollué, voire peu sécuritaire, il est boudé par les parisiens. Les derniers travaux d’envergure datent de 1994, année où le maire de Paris Jacques Chirac avait chargé les architectes Wilmotte et Foster d’élargir les trottoirs.

» LIRE AUSSI - Les Champs-Élysées, un lieu de parade et de consommation

Depuis, les Champs ont «vieilli», même s’ils ont réussi à attirer des grandes marques internationales. Les jardins quant à eux, sont en déshérence, et plus personne ne se risque à coller l’étiquette flatteuse de «plus belle avenue du monde» aux Champs-Élysées.

» LIRE AUSSI - Le grand mercato des Champs-Élysées

Passé ce constat, il n’est pas si facile de toucher à cet endroit emblématique, chargé d’histoire et qui plus est, classé. Le projet du Comité, qui a réussi à s’inviter dans les municipales, soulève plusieurs questions, dont celle de la place de la voiture dans la ville. Ou celle, plus large, de la transformation de quartiers centraux en espaces de promenade.

Tous ceux qui voudront donner leur avis sur le projet pourront le faire au Pavillon de l’Arsenal, à Paris, à partir du 14 février. Ou sur la plateforme make.org.