France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Pourquoi un nuage de méthane nocif survole l'Europe et se dirigerait droit vers l'Italie ?

Les explosions des deux gazoducs Nord Stream en mer Balitique ont entraîné la formation d'un amas de gaz qui se déplace avec les vents.

L'affaire a fait grand bruit. Après l'endommagement et les explosions des deux gazoducs Nord Stream1 et Nord Stream 2 sous la mer Baltique, dont les fuites se sont petit à petit résorbées, le gaz s'est quand même échappé dans l'atmosphère.

Et le nuage de méthane ainsi formé s'est d'abord stabilisé au-dessus de la mer Baltique. Ces émanations de gaz ont été ainsi mesurées en Finlande, en Suède et en Norvège. 

Un déplacement modélisé 

D'après l'Institut norvégien de recherche sur l'air cité par Spiegel ce vendredi 30 septembre, les scientifiques "supposent que le vent a d’abord transporté le méthane vers le nord jusqu’à l'archipel finlandais, puis qu'il a bifurqué vers la Suède et la Norvège".

Une carte interactive de l’Integrated Carbon Observation System (Icos) a d'ailleurs modélisé le nuage et montré son déplacement sur l'Europe du Nord.

Le nuage se serait séparé et une petite partie qui se serait ainsi détachée devrait descendre vers le sud et se dirigerait vers l'Italie, comme le spécifie le Corriere della Sera.

Donc des répercussions vont forcément se faire à travers toute l'Europe et des mesures de méthane devraient montrer un pic dans plusieurs pays.

Cependant, le danger direct pour l'homme ne serait pas inquiétant car le méthane n'est pas toxique, mais pour l'environnement c'est une autre histoire...

Un effet sur le climat

Comme l'a déclaré le physicien britannique Piers Forster à Midi Libre il y a quelques jours, cette fuite de méthane va produire un effet de réchauffement à court terme très important sur le climat, équivalent à environ 30 fois l'effet de réchauffement qu'il aurait eu s'il avait été brûlé dans nos maisons et notre industrie pour produire du dioxyde de carbone.

Donc il explique que "cela crée de l'ozone et de la pollution de l'air, ce qui est nocif."

Pour le climatologue Zeke Hausfather, ces émissions potentielles pourraient correspondre "aux émissions annuelles de 1,4 million de voitures" d'un coup.