France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Quand Elon Musk reproche à l'Allemagne de sauver des migrants et espère la victoire de l'extrême-droite

Elon Musk fait de plus d'ingérences dans la politique européenne. Après la guerre entre l'Ukraine et la Russie où le milliardaire a pris le parti d'un négociation avec Poutine, le propriétaire du réseau social X (ex Twitter) a vivement critiqué samedi le soutien de Berlin à des ONG secourant des migrants en Méditerranée, après avoir partagé vendredi un post prônant une victoire électorale du parti allemand d'extrême droite AfD.

« Est-ce que le public allemand est conscient de cela? », a écrit vendredi le milliardaire sur son réseau social X (ex-Twitter) en partageant un post d'un compte baptisé "RadioGenoa" dénonçant des sauvetages de migrants en Méditerranée par des ONG soutenues par Berlin et concluant « espérons que l'AfD gagne les élections ».

Pour rappel des élections régionales doivent avoir lieu le 8 octobre en Allemagne, en Bavière (sud) et en Hesse (centre). « Oui, c'est ce qu'on appelle sauver des vies », a répondu sur X le ministère allemand des Affaires étrangères à ce citoyen américain et canadien né en Afrique du Sud qui vit aux Etats-Unis. « Donc, vous en êtes fiers en fait. Intéressant. Franchement, je doute qu'une majorité de l'opinion allemande soutienne cela. Avez-vous fait un sondage ? C'est certainement une violation de la souveraineté de l'Italie que l'Allemagne transporte un large nombre d'immigrants illégaux sur le sol italien? Cela fait penser à une invasion... », a renchéri dans la nuit de vendredi à samedi celui qui est aussi patron du constructeur de véhicules électriques Tesla et de SpaceX et propriétaire d'une constellation de satellites privés, Starlink, qui a servi à l'Ukraine face à la Russie.

« Si un gouvernement dans une démocratie va à l'encontre de la volonté du peuple, il faut voter contre » ce gouvernement, a-t-il ajouté plus tard samedi dans un post public qu'il a adressé au ministère allemand. Entre temps Elon Musk a précisé être « complètement favorable à une importante extension et à la simplification l'immigration légale ».

Vendredi la cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni, dont le parti postfasciste Frères d'Italie a été élu en grande partie sur la promesse de réduire l'immigration massive vers l'Italie, a averti que son pays ne voulait plus accueillir de migrants sauvés par des ONG étrangères. Rome reproche à Berlin de financer plusieurs ONG de secours en Méditerranée, dont certaines opèrent sous pavillon allemand. Giorgia Meloni a écrit cette semaine au chancelier Olaf Scholz pour lui faire part de sa « stupéfaction » vis-à-vis de ces subventions.

« Sauver les personnes de la noyade en mer est une obligation légale et européenne », a répondu la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock qui a défendu jeudi le rôle des ONG qui viennent au secours des migrants tentant d'entrer en Europe via l'Italie. Berlin avait confirmé à l'AFP allouer entre 400.000 et 800.000 euros chacun à deux projets liés aux migrants, avec l'approbation du Parlement allemand.

Le nombre des arrivants en Italie sur des bateaux en provenance d'Afrique du Nord a augmenté, avec plus de 130.000 migrants enregistrés jusqu'à présent cette année, contre 70.000 pour la même période de 2022, selon Rome.

Olaf Scholz a de son côté estimé dans un entretien au groupe de médias Redaktionsnetzwerk Deutschland paru jeudi que le nombre de demandeurs d'asile était « actuellement trop élevé ». « Son gouvernement est tout à fait d'accord » avec l'idée qu'il « faudrait mettre fin à l'immigration irrégulière dans l'Union européenne » (UE). « Cela ne peut être fait qu'ensemble et avec solidarité », a ajouté le chancelier, soulignant qu'il soutenait les mesures pour protéger les frontières de l'UE.

Mercredi l'Allemagne avait annoncé le renforcement de ses contrôles aux frontières avec la Pologne et la République Tchèque où les flux de migrants sont en forte hausse. L'accueil des réfugiés est revenu au centre des débats en Allemagne avec la forte poussée de l'AfD dont les intentions de vote atteignent des records. Début septembre Elon Musk avait menacé de poursuivre en justice l'Anti-Defamation League (ADL, qui combat l'antisémitisme et le racisme), qu'il accuse de diffamation à l'encontre de son réseau social. L'UE s'est divisée sur la manière de gérer le problème depuis que la crise des migrants a débuté en 2015, lorsque plus d'un million d'entre eux sont arrivés sur les côtes européennes.

Avec AFP