France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Roumazières : Terreal éteint un four à cause du prix du gaz

L’annonce a été officialisée lors d’un Comité social et économique (CSE) du 19 septembre. La raison, c’est évidemment la flambée des prix du gaz depuis un plus d’un an qui avait déjà conduit à la fermeture de cette même ligne en mars dernier pour quelques semaines. Bruno Hocdé, le directeur de la tuilerie Terreal Roumazières, revient sur cette décision et assure que tous les CDI de l’usine sont maintenus et que le recours à l’activité partielle n’est pas « prévu. »

L’usine Terreal de Roumazières emploie près de 350 personnes.
L’usine Terreal de Roumazières emploie près de 350 personnes.

Photo archives Quentin Petit

On anticipe que notre facture d’énergie va être multipliée par deux entre 2022 et 2023.

Pourquoi avez-vous pris cette décision ?

Bruno Hocdé. C’est la ligne la plus énergivore de l’usine parce que les températures de cuisson sont plus élevées pour ces quatre modèles de tuiles faiblement galbées à destination du nord de la France et de la Belgique. Cette ligne consomme entre deux à trois fois plus de gaz à la tonne que nos trois autres lignes parce que le process de cuisson est rapide, à très haute température. Nous l’avons annoncé aux salariés ainsi qu’à nos clients, pour l’essentiel des magasins de négoce. La ligne reste en activité jusqu’à fin novembre pour que nous puissions honorer les commandes.

Répercuter la hausse des prix de l’énergie n’est pas possible ?

Nous avons déjà augmenté les prix, mais répercuter la hausse du gaz sur ces tuiles n’est pas possible, elles deviendraient bien trop chères. Pourtant la demande reste forte, il y a des toitures à réparer, celles qui ont été touchées par la grêle. Cela dit, tous les matériaux voient leur prix augmenter, ce qui aura des conséquences sur les nouvelles constructions.

Quelles sont les conséquences de l’arrêt de cette ligne de production ?

Cette ligne représente 15 % de notre activité. Les tuiles de notre région ne sont pas concernées par cet arrêt de production. Cette ligne concerne une vingtaine de personnes. Tous nos CDI sont maintenus mais ça va impacter une vingtaine d’intérimaires. On ne prévoit pas d’activité partielle pour le moment. Concernant les prix des tuiles, oui ils vont à nouveau augmenter.

Dans quelles proportions ?

Je ne peux pas vous donner de chiffres mais il faut comprendre qu’en deux ans les prix du gaz ont été multipliés par 15 et ceux de l’électricité de 25. Nous avons des contrats annuels et on s’attend à de fortes hausses au premier trimestre. On anticipe que notre facture d’énergie va être multipliée par deux entre 2022 et 2023… Cette réalité nous oblige à être prudents, à réfléchir à nos investissements. Nous sommes forcément inquiets, notamment pour l’hiver 2024 parce que cette situation dépend d’événements extérieurs. De très nombreuses activités sont impactées.