Au Royaume-Uni, la fin de la libre circulation des ressortissants européens est annoncée pour le 31 décembre 2020, au terme de la période de transition prévue par les accords passés avec l’Union européenne. Le gouvernement de Boris Johnson a dévoilé mercredi 19 février dans un long communiqué le nouveau dispositif qui devrait s’appliquer aux candidats à l’immigration dès le 1er janvier 2021.

L’objectif est clairement de réduire le nombre d’immigrants et d’attirer les “talents”. “Nous donnerons la priorité aux personnes possédant les compétences les plus élevées : scientifiques, ingénieurs, universitaires et autres travailleurs très qualifiés”, annonce le gouvernement.

• Pour les touristes, rien ne changera

Rien ne changera pour les touristes venus de pays de l’Union européenne : le visa ne sera pas nécessaire pour effectuer au Royaume-Uni un séjour de loisir de moins de six mois.

Rien ne changera pour les touristes venus de pays de l’Union européenne : le visa ne sera pas nécessaire pour effectuer au Royaume-Uni un séjour de loisir de moins de six mois.

• Pour les travailleurs, 70 points exigés

Pour décrocher un visa de travail, il sera nécessaire de cumuler au moins 70 points. Une offre d’emploi de la part d’un “employeur agréé” (20 points) sera obligatoire. Le candidat devra prouver qu’il a le niveau de compétences correspondant (20 points) et qu’il parle couramment anglais (10 points). Il faudra en outre que cet emploi corresponde à un salaire minimum de 25 600 livres (30 800 euros) par an (20 points).

• Avantage aux plus qualifiés

Les titulaires d’un doctorat en rapport avec l’offre d’emploi obligatoire se verront attribuer 10 points supplémentaires. S’ils ont obtenu leur doctorat dans une discipline scientifique, technologique ou en ingénierie, ils gagneront 20 points supplémentaires.

• Travailleurs peu qualifiés : pas de visa !

Le but de ces mesures est de “créer une économie à hauts salaires, hautes qualifications et forte productivité”, selon les termes la ministre de l’Intérieur, Priti Patel. En conséquence, les travailleurs “à bas coût” se trouvent exclus de ce nouveau système d’immigration. D’autant qu’il sera interdit d’arriver au Royaume-Uni avec un statut d’autoentrepreneur – très répandu actuellement au Royaume-Uni dans le secteur de la construction.

Ces nouvelles mesures ne visent pas cependant les travailleurs déjà installés dans le pays qui ont présenté une demande de permis de résidence : seuls les nouveaux arrivants sont concernés.

• Secteurs en tension : des dérogations possibles

Les métiers en manque de main-d’œuvre, dont la liste est établie par le Migration Advisory Committee (MAC), pourront bénéficier d’une dérogation : le salaire minimum requis dans ces secteurs d’activité sera abaissé à 20 480 livres par an (24 413 euros).

• Étudiants : comptez vos points !

Les visas étudiants seront eux aussi soumis à un système à points. Trois conditions seront exigées pour obtenir le minimum requis :