France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Sélection albums : Erik Satie, Dmitry Baevsky, Kat Onoma et Neil Young

A écouter cette semaine : un réjouissant programme consacré au compositeur des « Gymnopédies » par le pianiste Denis Pascal ; le dixième album tout en lisibilité mélodique et pulsation swing du saxophoniste ; la réédition de « Billy the Kid » de la formation du guitariste Rodolphe Burger ; l’hommage à la planète du guitariste et chanteur américano-canadien.

Article réservé aux abonnés

Avec Erik Satie, maître de la pose élégante et du saut de côté, tout est affaire de distance. Trop près (des notes, de la mélodie hypnotique) et l’expression verse dans le maniérisme. Trop loin (du rythme, de la répétition obsédante) et l’ensemble sonne creux. Denis Pascal se situe toujours dans l’entre-deux qui sied idéalement au compositeur des célèbres Gymnopédies. Le pianiste au toucher mirifique éclaire de mille feux le paradoxe d’un artiste qui tient tout à la fois à afficher sa différence, avec fierté sinon dédain, et à toucher, à émouvoir, avec candeur. Denis Pascal libère les Gymnopédies de leur orbite soi-disant mécanique comme des figures de manège appelées à défiler sans tourner en rond. Les Gnossiennes bénéficient d’une interprétation tout aussi fascinante. Quant aux autres pièces de ce réjouissant programme, elles donnent l’impression d’être nées pour accompagner des films muets aux titres évocateurs, du Désespoir agréable à La Diva de l’Empire. Pierre Gervasoni

1 CD La Musica.

« Simplement quatre musiciens qui s’amusent, jouant comme des enfants le feraient sur une aire de jeu. » C’est ainsi que le saxophoniste alto Dmitry Baevsky présente, dans le livret de son dixième album Kid’s Time, la musique qui a été enregistrée avec le contrebassiste Clovis Nicolas, le batteur Jason Brown et, en invité, le trompettiste et bugliste Stéphane Belmondo. Le plaisir manifeste de leur réunion est clairement audible. Dans un registre plutôt bop et post bop, le jeu annoncé évolue à partir de solides compositions de Baevsky, très lisibles dans leur écriture mélodique (Mr. H, Time Flies, MTA…). Le duo rythmique de Nicolas et Brown enthousiasme par sa fluidité (Rollin’), sa pulsation swing, même sur tempo lent (Deep in a Dream), là où cette composante du jazz est la plus délicate à maintenir. Baevsky, comme Belmondo dans ses interventions sur trois thèmes, n’ont alors qu’à laisser s’épanouir leur veine la plus lyrique. Sylvain Siclier

1 CD Fresh Sound Records/Socadisc.

Le troisième album de Kat Onoma (1986-2002) fait l’objet d’une réédition anniversaire. Billy the Kid, moins cérébral que ses prédécesseurs, permet, à sa sortie en 1992, d’étendre la notoriété de la formation du guitariste Rodolphe Burger hors des frontières de l’Hexagone (diffusion sur la BBC, tournée à travers toute l’Europe). Trente ans plus tard, les guitares élégamment ciselées de Burger et Philippe Poirier sur The Radio, The Trap, Le Désert et Lady of Guadalupe ont remarquablement bien vieilli. Leur rock anglophone, influencé par les icônes new-yorkaises Velvet Underground et Television, avec l’apport de la trompette très free jazz de Guy « Bix » Bickel, constituaient un cocktail hors norme. Ajoutée à cela une esthétique littéraire aboutie – Burger y chante des textes du poète américain Jack Spicer (1925-1965) et de Thomas Lago, pseudo de Pierre Alferi, cofondateur de la Revue de littérature générale. Cette réédition, remastérisée à partir des bandes analogiques, augmentée de quatre morceaux (dont un caché), paraît en vinyle pour la première fois, ainsi qu’en CD, introuvable sur ce format depuis bien longtemps. Franck Colombani

Il vous reste 20.81% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes
  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

Lecture restreinte

Votre abonnement n’autorise pas la lecture de cet article

Pour plus d’informations, merci de contacter notre service commercial.