France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Sous le déluge de bombes, pas de négociations

Un récent sondage le montre : plus leurs villes sont la cible de frappes, plus les Ukrainiens sont hostiles à l’idée de pourparlers de paix avec Moscou, explique l’hebdomadaire de Kiev “Dzerkalo Tyjnia”. Un échec pour le Kremlin et sa stratégie de la terreur.

Photo
Dessin de Tjeerd Royaards, Pays-Bas.

Poutine a fait une erreur de calcul : l’usage de la terreur contre la population civile, les frappes sur les infrastructures sociales ont un effet boomerang. Au lieu d’être prêts à se rendre, les Ukrainiens, en colère, se mobilisent toujours plus. Même dans les régions de l’Est, près du front, les gens qui, avant l’agression, doutaient des conquêtes de la révolution de 2014, réévaluent désormais l’histoire de leur pays.

Il faut reconnaître que la propagande russe a connu un certain succès de 2014 à 2022. En Ukraine, malheureusement, les chaînes de télévision prorusses financées par le régime poutinien avaient voix au chapitre. Ainsi, des personnalités russes ont pu affirmer maintes fois que la révolution en Ukraine de 2014 avait été un “coup d’État”, que le président légitime avait été chassé du pouvoir et que le pays était tombé aux mains des radicaux.

En août 2020, 54 % des personnes interrogées dans tout le pays considéraient les événements de 2013-2014 comme une révolte juste du peuple contre un pouvoir autoritaire. Près de 31 % les voyaient comme un coup d’État illégitime, une prise de pouvoir par des groupes armés. Dans le Sud et l’Est en particulier, les gens qui considéraient les événements comme une révolte juste ne dépassaient pas les 25 %, et plus de 50 % les considéraient comme un coup d’État. À Zaporijjia, ville aujourd’hui située près du front, jusqu’en 2020, 22 % seulement considéraient Maïdan comme une révolte légitime, et 61,5 % comme un coup d’État. À Mykolaïv, 51 % voyaient en Maïdan une insurrection contre la dictature, mais les partisans d

Andriy Soukharyna & Petro Bourkovskiy

Lire l’article original

Sur le même sujet

Source de l’article

Logo Dzerkalo Tyjnia (Kiev)

«Le Miroir de la semaine», fondé en 1993, paraît le samedi. Ce titre se veut généraliste, avec une prédilection pour la politique sociale et les affaires internationales.

Lire la suite

Nos services