France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Toute l’histoire du rock, ses tubes et ses stars, en soixante-quinze minutes

Mené par quatre musiciens, le spectacle « Little Rock Story », qui s’adresse à toutes les générations, est présenté au théâtre Le 13e Art, à Paris, jusqu’au 5 novembre.

Article réservé aux abonnés

Dans la grande salle du théâtre Le 13e Art, à Paris, trois générations se côtoient. Les plus jeunes, attentifs à la musique jouée, s’amusent des facéties des interprètes, et les adolescents repèrent ici et là un air, peut-être entendu dans les discothèques de leurs parents ou grands-parents. Lesquels chantonnent, prennent plaisir à reconnaître des tubes de leur passé plus ou moins lointain, crient à l’occasion le nom d’un titre, d’un groupe.

En soixante-quinze minutes, le spectacle Little Rock Story, présenté au 13e Art durant les vacances de la Toussaint, couvre autant d’années d’une histoire du rock. Elle commence à la source du blues, avec la chanson Me and the Devil Blues, qu’enregistra, en juin 1937, le chanteur et guitariste américain Robert Johnson (1911-1938), et va remonter jusqu’à 2012, avec une courte citation de Locked Out of Heaven, de Bruno Mars. Certaines séquences sont chronologiques, d’autres obéissent plutôt à des rapprochements de couleurs sonores, de styles.

Sur la scène, Claude Whipple, au chant et à la guitare, est aussi conteur de ce spectacle fort réussi dans son alliance de concert et d’intermèdes pédagogiques clairs, précis. Il présente les premiers temps du rock’n’roll, la vague anglaise du début des années 1960, les apports au rock d’autres courants (reggae, funk, etc.), mentionne des développements technologiques… Avec lui, Nicolas Liesnard à la guitare et au clavier, Vincent Benoist à la basse et Romain Piot à la batterie (les trois sont aussi choristes). Les quatre musiciens talentueux retrouvent les sons, les phrasés vocaux et instrumentaux de chaque morceau, choisis comme définissant un artiste soliste, un groupe, en même temps qu’ils sont emblématiques d’un style.

Attitudes types et rites

Par des effets à partir d’un pédalier, Claude Whipple approche les lamentations guitaristiques de Jimi Hendrix, évoqué par Purple Haze et Voodoo Chile, ou le scintillement des accords de Walking on the Moon, de The Police. De la banque de données de son seul clavier, Nicolas Liesnard tire un piano bastringue, de l’orgue Hammond, l’ouverture au synthétiseur Oberheim OB-X de Jump, de Van Halen. Vincent Benoist fait entendre les jeux forts distincts du Beatles Paul McCartney et de Jason Newsted pour le sombre Enter Sandman, de Metallica. La frappe de Romain Piot s’adapte aux styles de Ringo Starr, Charlie Watts, Mitch Mitchell, John Bonham… Il y a là l’attention à être exact, respectueux dans le rendu.

En cinquième intervenant, apparaît de temps à autre, sur un écran, un nommé Roberston. Il incarne le hippie de Woodstock, le punk à crête et voix de fausset, l’amateur à blouson de cuir de hard-rock… Ces fantaisies font souvent sourire, très bien réglées dans l’interaction avec les quatre musiciens qui reprennent des attitudes types dans la gestuelle, les rites d’un concert rock.

Il vous reste 19.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes
  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

Lecture restreinte

Votre abonnement n’autorise pas la lecture de cet article

Pour plus d’informations, merci de contacter notre service commercial.