France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Un atlas pour mieux comprendre l’anthropocène en France

L’artificialisation des sols, les mutations de la forêt, la protection de la biodiversité, l’érosion des côtes, les évènements climatiques extrêmes, tels sont les sujets qui composent le premier atlas de l’anthropocène publié par l’IGN. D’une précision inégalée, les cartes produites fournissent un état des lieux d’une occupation du territoire impactée par l’action de l’Homme. C’est aussi pour l’Institut une façon de marquer son entrée dans un univers numérique qui fournit une image objective des mutations en cours et surtout un outil qui rend visible les conséquences des décisions d’aménagements des espaces et donc s’invite dans la décision politique. "La carte devient "engagée" et participe du socle pour la compréhension des phénomènes évolutifs de l’anthropocène", estime ainsi dans un propos introductif Thomas Lesueur, Commissaire général au développement durable.

Les sujets cartographiés font en effet l’objet de multiples controverses. Les élus locaux s’interrogent par exemple sur l’objectif de "zéro artificialisation nette" tracé par les différents gouvernements depuis 2015. "La cartographie permet de connaître sur leurs communes ou communautés de communes où sont les hectares qui sont passés de l’agriculture vers l’urbanisation, combien de friches à l’intérieur de la ville peuvent être construites, où se trouvent les jardins et les poches de nature au sein de la commune, toutes informations que ne donnent pas les outils de planification que sont les plans locaux d’urbanisme par exemple", expose Véronique Pereira, responsable du service des projets à l’IGN. L’atlas devrait ainsi clore les polémiques autour des surfaces artificialisées en France dont les diverses évaluations provenant de techniques différentes variaient auparavant de 20.000 à 60.000 hectares par an.

L'état de la forêt impactée par le changement climatique, l'exploitation du bois, les espèces invasives véhiculées par l'Homme

Autre sujet de controverse : la forêt. Ce milieu "en mutation" est passé de 8,9 millions d’hectares en 1840 à 17 millions d’hectares en 2021.